Pour la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC), ce nouveau drame pose des questions qui dépassent largement le strict cadre de la sécurité routière, pour s’intéresser à des problématiques plus globales de transport et de logistique.

Un peu comme s’il fallait envisager un problème dans sa globalité pour espérer y trouver des solutions… Voilà qui nous change des mesurettes bout de la lorgnette de notre Sécurité routière.

Chaussée à deux voies bidirectionnelle
La « route de la mort »… c’est ainsi que les médias nomment désormais la tristement célèbre Route Centre Europe Atlantique (RCEA), une nationale qui comporte des sections à deux voies bidirectionnelles, c’est-à-dire que la chaussée est à double sens de circulation, juste séparée par un trait de peinture au milieu.

Des accidents mortels surviennent fréquemment sur cette route très fréquentée et ils impliquent souvent des poids-lourds en transit et des automobilistes dont le véhicule s’est soudainement déporté sur la voie d’en face… Boum !

Les chocs frontaux, ça ne pardonne pas : déjà à 30 km/h, ça fait des dégâts, alors à 50, 80, 90 et en plus face à des camions semi-remorques de plusieurs dizaines de tonnes ! Au matin du 27 avril 2016, dans le département de l’Allier, le compteur funèbre totalisait deux nouvelles victimes de plus.

Les médias s’en émeuvent, forcément… les associations de sécurité routière aussi, c’est bien normal. Riverains, usagers, services de secours, tous dénoncent la dangerosité de cette route et appellent à des solutions.

Alors les représentants du gouvernement chargés de ces questions haussent les sourcils, promettent plus de sévérité tout en fustigeant l’irresponsabilité des conducteurs. On évoque à nouveau la réduction de la vitesse autorisée sur ces routes, même si 10 ou 20 km/h de moins ne vont pas changer grand-chose à la violence des chocs frontaux.

De vraies questions pour un vrai problème
Mais le fond du problème, n’est-ce pas ce transit ininterrompu de camions ? Pourquoi ces marchandises ne sont-elles pas sur les voies ferrées ? Où en est-on du ferroutage toujours promis à demain ? Et ces marchandises, pourquoi faut-il les faire venir de si loin ?

Pourquoi ces camions empruntent-ils ces routes inadaptées à une telle charge de trafic ? Pourquoi les autoroutes, voies les plus sûres, sont-elles privées, donc payantes ?
Pourquoi des automobilistes roulant dans des autos qui n’ont jamais été aussi sûres, fichées, pistées, tracées et soumises à des contrôle-techniques dès qu’elles ont plus de quatre ans quittent-elles soudainement la route pour s’emplafonner dans des arbres ou des usagers arrivant en face ?

L’usage de plus en plus banalisé des distracteurs (portables, smartphones, GPS…) à bord des véhicules ne serait-il pas en cause dans ces accidents qui semblent « inexplicables », du moins pour les autorités qui prétendent tout mettre en œuvre pour les éviter ?

Qu’on se rassure : pour endiguer la mortalité routière, la Délégation à la sécurité et circulation routières (DSCR) prend des mesures : contrôle-technique pour les motos, extension du permis A2 à tous les âges (période probatoire de 2 ans limitée à la puissance de 50 ch), port des gants obligatoires… bin avec ça, nous v’la sauvés !

Marco, FFMC

Dans la Boutique Motomag.com

- Commandez le guide de conduite « Plus de 100 conseils pour rouler en moto et scooter »

Publicité
Publicité