A l’appel de l’antenne du Territoire de Belfort de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC 90) environ 500 motards, sur près de 400 motos, ont défilé samedi 1er juillet dans les rues de Belfort contre les lois et règlements irréfléchis et motophobes.

Des motifs de mécontentement, les motards en ont à la pelle. À commencer par cette nouvelle plaque d’immatriculation imposée aux deux-roues qui les font grogner. « Tout ça pour faire de l’argent », était le commentaire le plus entendu dans les rangs des manifestants.

Et puis cette fameuse vignette obligatoire Crit’Air qui discrimine tous les véhicules de plus de 15 ans, ou encore le port de gants homologués obligatoire… La surenchère de la répression routière n’est plus acceptable. La prolifération des radars mobiles, fixes, embarqués fait monter la colère chez les motards.

Un groupe de manifestants était parti le matin de Montbéliard (Doubs) pour rejoindre Belfort en faisant un arrêt à Nommay pour y dénoncer l’aberration de ralentisseurs successifs sur 500 mètres de distance barrant sur toute sa largeur la départementale pour casser la vitesse.

La surenchère de la répression routière n’est plus acceptable. La pluie qui s’est invitée en début d’après-midi a limité le nombre de participants. Finalement, près de 400 motos parties à 14h30 de la Maison du peuple à Belfort ont fait le tour de la ville, en bloquant les rues, le temps de distribuer leurs tracts.

La manifestation s’est terminée devant la préfecture où une délégation de la FFMC 90 conduite par Marcel Jardot, coordinateur de l’antenne du Territoire, a rencontré la directrice de cabinet du préfet.

Il s’agit maintenant que les autorités, locales comme nationales, prennent conscience de la colère des motards. Sinon, la mobilisation enflera à la rentrée scolaire.

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité