Essai

En images

Essai Gex 1000 championne du monde : la bête ! La Gex 1000 du SERT : pas si spartiate La Gex 1000 du SERT : pot et bras oscillant spéciaux ! La Gex 1000 du SERT : un moteur pensé

Malgré l’excitation liée à un essai aussi particulier, les premières minutes font retomber le soufflé... la position de pilotage est une vraie torture, surtout pour mon mètre 90... Même Vincent Philippe (le pilote maison) m’avouera discrètement qu’on est loin du fauteuil club de son salon. Pour faire simple, on a le cul en l’air, les genoux dans les gencives, les talons dans les échappements et les bras écartés pour cause de bracelets « ouverts » à mort : ça promet...

Brrrrôôôôôô...

La double ligne Devil (cocorico !), laisse échapper un râle de moteur de course, le tout baigné de vibrations bien viriles. Deux tours de chauffe et je commence à bousculer gentiment la belle (s’agirait pas d’hypothéquer mon bras en cas de gamelle...), qui révèle un moteur finalement pas si éloigné d’un propulseur de série question puissance (le team annonce 190 ch à la roue), mais tellement plus disponible. Ici, ça pousse en bas, au milieu, en haut, bref, ça pousse dès que le poignet droit s’énerve, avec une connexion poignée de gaz–roue arrière incroyable de finesse.

Ça pile…

Ceci posé, le châssis, à l’étroit sur ce petit tracé (et réglé pour le circuit de Doha, au Qatar) demande de la poigne pour s’inscrire en courbes, surtout aux petites vitesses. Il faut donc « enrouler » le plus vite possible pour fluidifier les traj’ et rendre la moto moins contraignante. Mais le plus impressionnant reste le freinage, vraiment « extra terrestre » comparé aux meilleurs freinages de série. Deux doigts, une pression de rien et la moto semble s’enfoncer dans le tarmac d’Alès avec une stabilité de TGV, un pur régal !

Ah... le drapeau à damier m’informe que le tour de manège est fini et qu’il faut rendre le beau jouet à Monsieur Dominique Méliand (team manager du SERT). Je m’exécute en pensant à ce qu’aurait pu être cet essai sur un circuit rapide (Castellet, au hasard...), assurément l’endroit qui donnerait tout le loisir de jouir de l’excellence de cette championne du monde.

Commentaire (1)

Publicité