Vendredi 3 octobre 2014, la Fédération française des Motards en colère (FFMC) rencontrera le cabinet de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur. Elle attendait ce rendez-vous avec impatience, afin d’exposer plusieurs de ses propositions en matière de sécurité routière, et plus particulièrement de sécurité des conducteurs de motos et scooters.

Inquiétudes
Mobilité, prise en compte des deux-roues motorisés (2RM) et Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) seront les sujets abordés lors de cette rencontre. La FFMC tient à faire le point, avec les services du ministre de l’Intérieur, sur la baisse de la sinistralité des motocyclistes.

Mais elle exprimera également son inquiétude, relative aux carences des « experts » du CNSR à propos des 2RM : « leur dernier rapport de « recommandations sur les groupes à risques » n’est qu’une redite de mesures déjà existantes ou ayant été largement rejetées par les conducteurs concernés ces dernières années », déplore la FFMC. Nous allons proposer « à Monsieur Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, de quoi éviter de renouveler les ratés suite aux annonces de 2011 en matière de sécurité routière ».



En 2011, la FFMC, représentée par Éric Thiollier, son délégué général, France Wolf, membre du bureau national et Marc Bertrand, chargé de mission Sécurité routière (de gauche à droite), rencontrait le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant. Ses représentants entreront à nouveau au ministère de l’Intérieur, place Beauvau à Paris, le 3 octobre 2014.

Publicité
Publicité