La bataille contre les dernières annonces du CISR et, tout particulièrement le 80 km/h, se passe sur deux fronts : dans la rue avec les mobilisations qui s’enchaînent week-end après week-end et au niveau institutionnel avec de nombreux courriers envoyés aux députés et aux sénateurs. Les sénateurs eux-même se sont sérieusement emparés du dossier à plusieurs reprises. Après avoir auditionné Emmanuel Barbe, le délégué interministériel à la sécurité routière, les sénateurs ont créé un groupe de travail chargé d’évaluer la pertinence des dernières annonces du 1er ministre - 80 km/h en tête - puis lui ont fait parvenir un courrier demandant la suspension de cette mesure d’abaissement de la vitesse maximale autorisée jusqu’à ce que le groupe de travail livre ses conclusions.

L’expertise de la FFMC reconnue
C’est précisément dans le cadre de ce groupe de travail que les sénateurs ont convié la FFMC à assister à une table ronde afin de livrer son expertise en matière de sécurité routière à deux-roues. Alors que l’AFDM vient d’être auréolée d’un label européen, la fédération des motards en colère est donc une nouvelle fois reconnue comme un interlocuteur incontournable pour tout ce qui concerne la sécurité des usagers à deux-roues et l’éducation routière. Le 6 mars, Marc Bertrand, chargé de sécurité routière de la FFMC, se rendra donc au Sénat pour la fédération afin de livrer son analyse sur ce dossier et exposer les mesures qui peuvent réellement sauver des vies sur la route.

 

Marc Bertrand se rendra au Sénat mardi 6 mars pour le compte de la FFMC.

Publicité
Publicité