La FFMC a naturellement demandé un rendez-vous à François de Rugy, nouveau ministre de la transition écologique et solidaire. Dans le courrier adressé au ministère le 13 septembre, soit 9 jours après sa prise de fonction, la Fédération fait part de son souhait d’échanger sur « l’avenir des mobilités motorisées, notamment en agglomération ».

Vers une réhabilitation des motos en ville ?
François de Rugy avait déclaré, en juin 2016 au micro de RFI, ne pas être favorable à l’interdiction de circulation des 2-roues en ville. « On sait que les 2-roues polluent moins, il n’y a pas de 2-roues diesel et les motos sont plus âgées, sont gardées plus longtemps car elles circulent moins » avait déclaré celui qui souhaitait « mettre l’écologie au coeur du projet de gauche » avant de rejoindre le camp d’Emmanuel Macron.

La légitimité de la FFMC sur les questions environnementales
Dans son courrier la FFMC rappelle avoir adopté lors de ses dernières Assises une résolution qui « place les questions écologiques au plus haut niveau ». Le courrier cite également plusieurs exemples de villes européennes qui ont fait le choix de laisser toute liberté de circulation aux motos et aux scooters en vertu de leur capacité à fluidifier le trafic. Espérons que le nouveau ministre en charge de l’environnement ne fera pas de l’écologie punitive la clé de voute de son mandat et que sa déclaration au micro de RFI ne consistait pas en un simple opportunisme.

Le mépris de M. Hulot
Espérons que la Fédération obtienne une oreille plus attentive de Monsieur de Rugy qu’elle ne l’a obtenu de la part de son prédécesseur Nicolas Hulot. L’ancien ministre de l’Environnement et ex-motard n’a en effet jamais daigné répondre aux sollicitations de la FFMC. Cette attitude, « un modèle de mépris, une fin de non-recevoir et une absence totale de dialogue », avait été vertement critiquée par les motards en colère.

Nous vous tiendrons bien entendu informés de la réponse de M de Rugy à la FFMC. Restez connecté.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité