En images

visuel visuel

Le motard attentif reconnaîtra quand même le lieu du rendez-vous. Un drapeau FFMC des Motards en colère finit de rassurer ceux qui étaient perdus dans l’immense foule.

Rien d’autre, pas de discours de Jean-Marc, le porte-parole de la FFMC-PPC ou de personne d’autre, un seul drapeau, pas de banderole, l’heure est grave, on ne vient pas pour défendre sa pratique de la moto, mais pour défendre la liberté, liberté de penser, liberté de dessiner et d’écrire… Plusieurs membres de l’équipe de Moto Magazine ont fait le déplacement, rappelant que la FFMC a aussi créé un journal qui s’engage dans ses propos, à son « petit niveau ».

Lors de sa dernière assemblée qui se déroulait dans la semaine précédent l’hommage à Charlie Hebdo, le bureau de la FFMC de la région parisienne, en accord unanime avec l’ensemble des membres présents, justifie sa présence au défilé du 11 janvier en estimant que « toutes les libertés sont à défendre, que tous ceux qui veulent imposer par la force leur point de vue sont à combattre, religieux intégristes de tous bord comme tous les fascismes non religieux. La moto, c’est aussi un beau morceau de liberté ! »

Pour voir les prochaines actions : le site de la FFMC PPC

Publicité
Publicité