L’étroite route qui grimpe au campement est parfaitement dégagée. Juste un peu plus loin, sur ce Signal du Luguet qui domine le massif volcanique du Cézallier du haut de ses 1.551 m d’altitude, les traces de neige demeurent quasi absentes. Soudain apparaît un arbre avec du blanc : enfin du givre ? Raté, ce sont des fleurs qui croient déjà au retour du printemps !

À l’évidence, la végétation est aussi déboussolée que les 1.400 motards qui pensaient trouver ici des conditions hivernales. Mais le froid est resté le grand absent de la concentration Authentic, reléguant les manchons, tabliers et autres skis latéraux au rang d’équipements folkloriques.

Soleil…
Alors que l’année dernière une tempête de neige avait empêché deux ou trois centaines d’inscrits d’atteindre le site, 2015 restera à l’inverse marquée par le soleil et des températures largement positives en journée. Sans pour autant nuire à la convivialité d’un événement qui, en à peine trois éditions, a su trouver son public.

« Désormais, on préfère refuser des inscriptions plutôt que de continuer à grossir », affirme Jean-Louis Costes, chef d’orchestre d’une organisation maintenant bien huilée. En témoigne la distribution de petites planchettes pour éviter que les béquilles ne s’enfoncent dans la terre.

JPEG - 1.3 Mo
Hivernale de l’Authentic 2015 : Jean-Louis Costes
Jean-Louis Costes, alias La Fourme (à droite), faisait parti du moto-club de Meymac qu’il a quitté en raison de ses divergences de vue sur la gestion des Millevaches. Ce dissident est parti de son côté organiser l’hivernale Authentic.

« On espérait la neige, histoire d’en baver un peu et d’avoir quelque chose à raconter à nos petits-enfants, commente Michel, venu de Bourgogne. Mais le fait est que même par beau temps, à cette saison, les frimeurs ont déjà cessé de rouler. Du coup l’ambiance entre les participants reste particulière, plus fraternelle. »

Le gel au bout de la nuit
Qu’on soit venu du Puy-de-Dôme au guidon d’une moto des années 1930 ou d’Espagne sur une machine récente, qu’on préfère la mobylette ou le side-car, chacun a forcément des choses à partager avec ses voisins de tente : des anecdotes, un coup à boire, une saucisse grillée ou tout simplement une place autour du feu. Car l’honneur est sauf : il aura quand même gelé dans la nuit, de surcroît agitée par de sérieuses rafales de vent !

Concentration dissidente
Fera-t-il plus froid aux Millevaches, dans le Limousin, du 11 au 13 décembre 2015 ? Peu probable. Depuis l’an passé, le moto-club de Meymac a en tout cas eu l’intelligence de reculer la date de son propre événement d’une semaine. Mais il continue à dénoncer toute l’ambiguïté d’une Authentic organisée… par le moto-club pirate Les Millevaches.

Les uns se veulent garants de l’esprit originel de cette hivernale mythique des années 1970, les autres de sa situation géographique. Au final, quelques motards s’embrouillent peut-être les pinceaux au moment de s’inscrire à l’un ou l’autre de ces rassemblements, mais d’autres y trouvent leur compte. À l’image de Stéphanie et François, militants de la FFMC 13 et grands amateurs de roulage hivernal, qui prennent désormais leurs vacances en décembre et se font un plaisir d’enchaîner les deux concentrations.

Publicité
Publicité