En images

Conférence FFM : Enduropale et écolos réconciliés Louis Llavall : plus de pilotes étrangers ! Hauquier Monsieur securité

- Cet hommage indirect rendu aux écologistes, l’ensemble des participants a tenu à désigner les axes de travail pour rendre cette manifestation pérenne, après son sauvetage in extremis en 2005. (À l’époque, déjà, seul le site motomag.com était présent lors de cette annonce.)

- « Il faut qu’un plus grand nombre de pilotes étrangers viennent à la course du Touquet », explique Louis Lavall, le directeur de course. « En quad on a 17 nations de représentées, et le fait que Josh Fredericks, un champion de quad US, vienne au Touquet est un signe ! », continue-t-il. « En enduro, on assiste à l’arrivée d’un certain nombre de pilotes des pays de l’Est, comme la Russie, la Lettonie, la Pologne, l’Ukraine et la Bulgarie. »

- Le Touquet connaît une bonne notoriété en Europe, mais c’est surtout le manque de « diversité mondiale » chez les pilotes étrangers qui chiffonne Louis Lavall : « C’est dommage, on avait contacté Carlos Guiral, un Argentin qui avait déjà participé au Touquet en 2008, mais il n’a pas pu se libérer pour une concordance de dates. Mais je ne désespère pas de faire venir des pilotes sud américains. »

Ça, c’est pour assoir la renommée internationale du Touquet.

La FFM prépare l’avenir et expérimente l’électrique

« Nous avons acheté une moto électrique et nous sommes actuellement en train de la tester », indique Jacques Bolle, le président de la FFM. « Nous savons tous que les énergies fossiles ont une vie limitée, c’est pour cela que nous testons d’autres voies pour continuer notre passion qui est la moto. »

- Ce n’est qu’une expérimentation, et aucun calendrier ni aucune décision ne sont encore arrêtés pour l’organisation de courses de motos électriques. Mais cette préoccupation montre bien que le Fédération française de motocyclisme a une vision de la compétition à long terme.

Un trophée pour les jeunes enduristes

Un geste sera clairement fait en direction des jeunes enduristes. « Nous allons mettre en place le "Trophée Sand Boy" à destination d’un jeune de moins de 20 ans. Le vainqueur de ce trophée se verra offrir son engagement pour 2010. »

- Y aura-t-il un classement Junior lors des futurs Enduropale ? « La question reste posée, et nous y réfléchirons une fois cette 4e édition passée », précise Louis Lavall.

- Cette saison, un quaduro jeunes est proposé mais n’a malheureusement pas fait le plein : seuls 15 pilotes s’y sont inscrits. « Mais nous espérons bien doubler ou tripler ce nombre d’inscrits dans les prochaines éditions », indique Cécile François, une des attachés de presse de l’organisation.

Un consultant pour la sécurité

Pour éviter les accidents (comme celui de Benjamin Schots en 2008) et rendre le circuit plus intéressant, des siphons et des « S » seront disposés tout au long des 17,3 km du circuit. Le tracé de ces siphons seront supervisés par David Hauquier, qui pour l’occasion a été bombardé « consultant ».

- Mais la présence de ces siphons peut entraîner la formation de bouchons artificiels, « qui ont le don de mettre les nerfs des pilotes à rude épreuve », notamment en quad, explique ce pilote du Nord. C’est pourquoi il assistera à la construction d’un des siphons, avant de le valider. « On sait déjà que pour les quads, il faut que les virages soient plus larges. »

- Mais David Hauquier bénéficie d’un véritable consensus sur son nom, il saura sans doute fédérer les avis des pilotes autour de lui. Bien entendu son titre de vainqueur de l’épreuve de 1997 va largement l’y aider.

- Enfin, « comme il y a davantage de lignes droites sur la plage (depuis que l’on ne passe plus dans les dunes), il faut impérativement "casser" la vitesse des motos et réduire la moyenne horaire des machines. Si on y arrive, les concurrents devraient faire un tour de moins qu’en 2008 », précise le jeune retraité de l’enduro, qui va fêter ses 39 printemps au mois de mai.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité