Essai

Antipatinage, ABS sport, calage moteur particulier ou encore mode cartographique en fonction du terrain et de votre humeur… Non, la Ninja n’a rien de tout ça. Juste un châssis, des suspensions, un moteur et basta !

Accueillante...
Pour une représentante de la catégorie des sportives, dont on sait qu’elles ne brillent pas par leur rapport confort/ergonomie de premier ordre, il faut admettre que la Kawasaki sait recevoir. Elle offre une position pas trop contraignante (pour le genre, s’entend…), des bracelets à l’inclinaison correcte et des repose-pieds bien placés.
Et en ville, la Ninja assure ! Elle braque plutôt bien face a ses concurrentes (voir comparatif dans Moto magazine), ses commandes sont douces, (la boite de vitesse est un régal) et sa position supportable bien plus de dix minutes… On la recommanderait presque aux coursiers !

Moteur lissé
Lorsqu’on enquille l’autoroute pour rejoindre le circuit, son confort reste acceptable. À la condition de ne pas rouler trop vite, la faute à une bulle trop basse pour espérer protéger efficacement son conducteur. Mais quel que soit l’état de la route, la suspension travaille correctement. Pas d’euphorie toutefois, si la puissance est bien là, son caractère est plus effacé que ses concurrentes européennes et ne fait pas autant vibrer. On se consolera avec une consommation raisonnable (- de 7 litres en moyenne) avec une autonomie d’environ 200 km avant réserve (55 km).

En piste !
C’est parti pour l’essai circuit. Excellente dans l’absolue, par rapport à ses concurrentes directes (Aprilia, MV Agusta…), la Kawasaki ZX-10R 2010 pâtit d’une vivacité moindre, dû à un angle de colonne plus ouvert, d’une assise sur l’arrière plus prononcée, d’un amortisseur arrière peu freiné en hydraulique (pompage sur l’accélération en sortie de courbe).
Le quatre-cylindres, ramené à la moitié de sa puissance full (100 au lieu de 200 ch) pour coller à la législation française est aussi moins démonstratif...
Côté freinage, c’est du très bon, la Kawa est équipées d’étriers Tokiko à 4 pistons opposés pour l’avant mais, petit regret, ils sont dépourvus de durites type aviation. De quoi nuire à la précision des freinages répétés. Une option heureusement facilement adaptable pour ceux qui rouleront souvent sur piste.

Verdict
Au final, la Kawasaki ZX-10R est une sportive de bon niveau, plutôt polyvalente pour la catégorie. Utilisable en ville et sur route, elle excelle sur piste, en restant toutefois un ton en dessous des sportives les plus affûtées du moment (Aprilia, MV Agusta) et à 14.599 euros, elle est disponible à un tarif mal placé.

Commentaires (17)

Infos en plus
Publicité