2015 a été une bonne année pour KTM en France ?
C’est mitigé. Nos ventes sont en baisse d’environ 2 % par rapport à 2014. Ce n’est pas une année fabuleuse, et cela fait deux ans qu’on se situe à cet équilibre négatif.

Quels modèles sont décevants en termes de ventes ?
Il faut reconnaître que la Duke 125 cm3 est attaquée par la Yamaha MT-125. Nous avons perdu environ 250 ventes, même si on est encore à environ 1.000 unités immatriculées. À réseau équivalent, nous aurions sans doute fait mieux que Yamaha.

Nous avons également perdu 300 ventes sur la Duke 390, et ce segment a fini à -28 %. C’est le marché A2 qui est en chute. Les conditions d’accession au permis A2 ont été modifiées, désormais un novice peut acheter un 4-cylindres japonais de 600 cm3, voire une MT-07 bridée, globalement au même prix.

Enfin, la KTM Superduke (Euro 3) a pâti de l’attente des règlements sur le débridage : sa puissance est de 180 chevaux, et notre client veut l’avoir en 180 chevaux. Donc, il attend que soient publiées les conditions du retrofit. Je pense qu’on va avoir un rebond des ventes au premier trimestre 2016 si l’arrêté ministériel définissant ces conditions finit par être publié.

Vous estimez donc que le report de la décision ministérielle sur le retrofit 100 chevaux a un impact sur les ventes de motos KTM ?
Oui. Notre philosophie, c’est « Ready to race ». Dans ces conditions, le client attend de KTM la moto la plus puissante, la plus agressive. Le client qui veut une Superduke va attendre.

Même sur la Super Adventure nous assistons à un report de la décision d’achat. On sait aussi que nombre de ceux qui n’ont pas attendu et acheté l’une de ces motos en 2015 ont anticipé la loi… Il est donc temps que le gouvernement clarifie sa position.

Que voulez-vous dire ?
Il faut arrêter l’hypocrisie sur le débridage : les motos sont libres depuis vingt ans, la plupart du temps elles sont débridées après l’achat. Nous ne cautionnons pas cette pratique mais il ne faut pas se voiler la face.

Or, depuis l’année dernière, les comportements ont changé : les clients ont entendu dire que rouler en puissance libre allait devenir légal. Donc, ils attendent que ça le devienne effectivement. Et nous aussi, on attend…

Vient se greffer le bridage à 47,5 ch pour les novices… Ce nouveau règlement aura-t-il un impact sur les ventes de KTM ?
Oui, mais là encore observons l’évolution des comportements : de nos jours, les jeunes motards passent le permis A plutôt entre 22 et 25 ans qu’à 18 ans. Dans la logique de définir un accès progressif à la puissance, la catégorie A2 a sa légitimité.

J’étais favorable à la prolongation de l’âge de cette catégorie A2, jusqu’à 30 ans par exemple, plutôt qu’à une mesure couperet qui annonce que tout novice, quelque soit son âge, n’aura plus accès aux motos de plus de 47,5 chevaux. Avec le projet de la Sécurité Routière, celui qui veut circuler sur une telle moto devra attendre deux ans et payer à nouveau une formation de 7 heures, cela représente un frein considérable à son envie de rouler dessus.

La formation de 7h pour les 125 cm3 a pénalisé les ventes plusieurs années durant…
Oui, c’est ce qui me fait peur. La moto de loisir n’est pas un achat principal dans la vie d’un consommateur. Économiquement, cette mesure aura un impact. Et en plus, le gouvernement voulait faire passer la modification du permis A avant d’avoir réglé le retrofit 100 chevaux. C’est comme s’il tenait absolument à avoir un bridage des motos de grosse cylindrée. C’est agaçant.

La marque KTM va-t-elle s’adapter en proposant des modèles bridés à 47,5 chevaux ?
Construire des motos spécifiques attirantes, qui seront chères, pour un seul pays d’Europe, voire deux si l’on compte l’Espagne, je ne vois pas notre maison-mère le faire.

En Allemagne, où il n’y a pas plus d’accidents de moto qu’en France, on ne parle pas de bridage. Qu’on limite l’accès à la puissance en étendant le permis A2 jusqu’à l’âge de 30 ans, pourquoi pas. Mais l’étendre aux quadra et quinquagénaires…

À cet âge on est responsable. KTM étudiera peut être un modèle spécifique pour la France mais il devra rentrer dans un planning de conception de plusieurs années. Ce sera plus long que quelques mois.

Compléments d’information

- 100 chevaux : fin du suspens pour les motos Euro 3… dans quelques semaines
- 100 chevaux : les internautes en colère
- L’interview de Nathanaël Gagnaire, délégué général de la FFMC
- L’interview de Jérôme Lambert, député de Charente

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité