Voici huit bonnes raisons pour privilégier les formules attractives que sont les coupes de marque, permettant de participer à une saison complète de compétition moto.

Nous avons testé (et approuvé !) la KTM 390 Duke Cup, lors de l’épreuve du Circuit Carole, les 18 et 19 juillet dernier. L’une des 5 étapes de ce sympathique championnat.

1- C’est pas cher
« La course moto est un sport de riche pratiqué par des pauvres », disait Jacques Bolle, président de la FFM. Mais il y a toujours moyen d’alléger la facture… En commençant par économiser sur la machine. Les motos de moins de 500 cm3 sont moins chères à l’achat (compter 5.190 euros pour une Duke 390 neuve) mais aussi à la réparation.

Sans carénage et équipées de crash bar, la 390 Duke ne souffre quasiment pas des chutes, seul le guidon et l’échappement sont exposés. Les pièces du moteur sont aussi moins coûteuses et, les événements étant organisés et soutenus par les constructeurs, on peut obtenir des réductions sur les pièces et l’équipement.

Au total, une première saison en KTM 390 Duke Cup coûte 11.000 euros à un pilote, puis autour de 3.500 euros l’année suivante, cette somme prenant en compte les inscriptions, les frais de déplacement sur les 5 courses et les quelques consommables pour la machine. En trouvant une moto qui a couru une saison, on en réduit d’autant la note.

2- C’est plus facile
N’est pas pilote de Superbike qui veut, et peu de motards sont capables d’exploiter et de maîtriser les 200 ch d’une hypersportive sur un circuit trois jours durant. Rouler sur une machine moins puissante vous évitera de vous retourner au bout de trois tours, voire de vous dégoûter complètement de la discipline.

Avec 44 ch pour 139 kg à sec, la KTM Duke a aussi largement de quoi vous propulser à plus de 160 km/h dans les bouts droits, et son agilité la rend très amusante à emmener dans les virages. La position typée roadster facilite la prise en mains. Ceux qui n’ont jamais gouté à la position avancée imposée par les bracelets ne seront pas troublés.

[(

Portrait de coureur

Tommy Goujeon n’en est pas à ses premiers tours de piste en moto, mais il a été séduit par l’ambiance de la 390 Duke Cup. Le pistard de 27 ans s’est offert de belles sorties sur piste sur son Aprilia RSV4, mais il n’a pas hésité à vendre cette dernière pour s’offrir quelques saisons de courses sur cette machine moins puissante, mais attachante : « je trouve la formule assez avantageuse et, en trouvant quelques sponsors, la saison n’est pas si chère comparée aux autres formules, surtout si on chute. Il y a toujours un moment où cela arrive… »
La première année demande un peu plus de budget pour l’achat de la machine mais il compte bien se refaire sur la deuxième saison, qui ne devrait lui coûter que 3.500 euros . « J’adore l’esprit de cette coupe, il y a de la bagarre à tous les niveaux mais on s’entraide pour que tout le monde s’améliore ». La preuve, Tommy est parvenu à monter sur le podium en fin de week-end, devant des pilotes qu’il qualifiait encore d’ « Alien » la veille.

Il n’est donc pas prêt à lâcher cette formule, mais pense aussi s’offrir quelques courses en rallye routier. C’es l’avantage des courses à petit budget : on peut cumuler les expériences et les plaisirs et progresser finalement plus vite à moto sans s’ennuyer.
)]

3- C’est marrant
Contrairement aux coupes classiques où des écarts peuvent se creuser au niveau des performances des machines, ici tout le monde roule avec la même ! Les performances sont identiques et tout se joue au pilotage (et un peu au poids des pilotes, au grand malheur des plus lourds !). Les passes d’armes à l’avant sont régulières, plaisantes à regarder et à vivre, et comme il y a des pilotes de tous niveaux, ça se bagarre quasiment à tous les étages.

4- C’est classe
En optant pour une coupe de marque, on s’engage à porter les couleurs du constructeur et des partenaires. Dans le cadre de la Duke Cup, toutes les motos sont livrées avec un kit déco réalisé par l’usine, et chaque pilote se voit confier un kit d’équipement complet identique : casque, gants, bottes et combinaison sur mesure, avec son petit nom aux fesses ! Sous la tente spécifique à la Cup, la quinzaine de machines bien alignées attire les regards et donne un véritable cachet à l’événement. Lors des départs, la grille est homogène. De quoi se prendre pour un pilote d’usine !

Pour découvrir les 4 raisons restantes de participer à une coupe de marque, cliquez ici

Dans la Boutique Motomag.com

- Livre « Le chrono ne ment pas, vol. 2 » ; le moyen le plus efficace pour améliorer ses réglages moto.
- Lot de 3 DVD sur des courses mythiques

Publicité

Commentaire (0)