Trahison ! Le maire de Gênes, en Italie, a décidé d’interdire la circulation des deux-roues motorisés répondant à la norme européenne Euro 0, de 7h à 19h, à partir du 1er février 2016, relate le quotidien Le Monde du 23 janvier.

Un sacrilège, cette ville portuaire étant le berceau du scooter Vespa, véhicule mondialement connu qui y a vu le jour en 1946 après avoir pris naissance dans l’imaginaire d’un certain Emiliano Piaggio.

Le problème, c’est que l’élu n’avait pas compté sur la mobilisation des propriétaires et amoureux de la Guêpe (traduction de Vespa) et d’autres deux-roues motorisés, un mode de transport très répandu dans la péninsule. Ces conducteurs se comptent par milliers : rien qu’à Gênes on répertorie 180.000 scooters pour 600.000 habitants, toujours d’après Le Monde. Ce qui a un effet positif : c’est dans cette ville qu’on compte le moins de voitures (486 pour 1.000 habitants, contre 608 pour 1.000 dans le reste de la péninsule).

Donc le moins de pollution… « Ceux qui polluent ne sont pas les propriétaires de Vespa mais les conducteurs de voiture tout-terrain garée en triple file, explique un « vespiste » dans le quotidien français. Prenez garde, la Vespa pique quand elle est en colère ».

Mobilisation sur les réseaux sociaux
Ces scootéristes et motards en colère car bientôt interdits de circulation se mobilisent en masse : ils n’hésitent pas à proclamer que : « La Vespa est née à Gênes et meurt à Gênes » ! Judicieux pour faire connaître leur combat via la Toile Mondiale, ils utilisent les réseaux sociaux : ils ont créé le hashtag #lamiavespanonsitocca

Courriels aux élus
L’adjoint au maire chargé de l’environnement reçoit des centaines de courriels pour qu’il renonce à son interdiction. « La santé publique est quelque chose qui a son importance », rétorque-t-il. Mais laisser ses concitoyens circuler librement sur un deux-roues en mode dolce vita relève aussi d’une forme de santé publique, n’est-ce pas ?

Comme dans toutes les grandes villes d’Europe…
Voilà un combat qui fait écho à la colère des motards parisiens, qui ont eux aussi une épée de Damoclès au-dessus de la tête : le 1er juillet 2016, les motos et scooters d’avant 2000 seront interdits de circulation dans la capitale pendant les jours de la semaine.

Il reste encore quelques mois pour se mobiliser, en utilisant par exemple les mêmes outils numériques que les scootéristes italiens. Pour info, le nom de la maire de Paris, c’est Anne Hidalgo, et celui de son adjoint chargé des Transports, Christophe Najdovski. Avec ça et un bon moteur de recherche, ce ne devrait pas être difficile de trouver leur adresse mail…

Source : Lemonde.fr

Dans la Boutique Motomag.com

- Le beau livre : VESPA : l’histoire complète depuis 1946
- Guide « Plus de 100 conseils de conduite moto & scooter »
- Livre « L’Atlas Les Motos Italiennes »

Publicité
Publicité