En images

Lettre ouverte d’avocat au commandant du périph p. 3 Lettre ouverte d’avocat au commandant du périph p. 2 Lettre ouverte d’avocat au commandant du périph p. 1

Les tribunaux désavouent les policiers

Maître Altabef s’appuie, pour étayer son propos, sur les cas qu’il défend, avec succès, devant les juridictions de Paris et de la proche banlieue. Car, et c’est là un problème, il est conseillé aux usagers « pris par la patrouille » de contester devant un tribunal. S’ils sont conseillés par un avocat spécialisé dans ces questions, ils ont de grandes chances d’obtenir l’annulation de leur amende.

Aggraver les bouchons ?

« Comment peut-on se contenter de répondre à une situation aussi sensible juste en agitant le Code de la route », s’interroge France Wolf, membre du bureau national de la FFMC. « Surtout qu’à lire notre avocat, les tribunaux n’en ont pas la même interprétation ! Monsieur Tiran veut-il bien nous expliquer ce qu’il se passerait demain matin, si tous les 2-roues qui circulent entre les files ne le faisaient plus ? Si chacun d’eux prenait sa voiture ? Va-t-il nous répondre, comme le fit Madame Merli (déléguée du gouvernement à la Sécurité routière), que nous n’avons qu’à prendre les transports en commun ? »

Enseignement de rigueur

Le commandant Gilles Tiran affirmait, dans l’interview, qu’il visait les comportements excessifs des conducteurs à deux-roues. « Il en est de même dans les files ou lors des changements de file de la part de 4 roues ou plus, répond France Wolf. Les motards prennent en compte, depuis longtemps, les excès de certains d’entre eux. Pour cette raison, nous prônons la légalisation de la circulation inter-files. Elle pourrait ainsi être enseignée dans les auto et les moto-écoles. Cela fera prendre conscience des risques inhérents à cette pratique aux ignorants. La seule répression n’enseigne rien à celui qui en est "victime". Au contraire… et ça fait 30 ans que nous le disons. »

A quand les résultats des tests ?

Enfin, la FFMC demande à ce qu’on accélère la fameuse expérimentation de circulation inter-files. « L’expérimentation, elle a lieu tous les jours sur le périph et ailleurs, et elle nous démontre notamment que rouler dans la file est très dangereux pour nous, car comme chacun le sait, aux heures de pointe, il est utopique de parler de distances de sécurité sur le périphérique, explique France Wolf. Lorsqu’un 2 roues est suivi par une voiture ou un camion à 3 mètres, il est facile d’imaginer ce qui se passera en cas de freinage brusque. »

A priori sur les motards

« On nous dit qu’on ne peut modifier le Code de la route sur un point qui fait débat, note France Wolf. Mais le Code de la route vient d’être modifié pour les cyclistes ! Ils "grillaient" les feux en tournant à droite parce que c’était moins dangereux pour eux ; ils le font désormais dans le respect du Code de la route. Pourquoi deux poids et deux mesures ? Cette répression aveugle, sans prendre en compte les contraintes réelles, ne supprimera pas la circulation inter-files. Elle va créer un mouvement de révolte que la FFMC soutiendra et organisera. »

Samedi 26 mars, les motards seront aux côtés des FFMC locales pour dénoncer cette répression qui ne résout rien et stigmatise les 2RM qui, dans les embouteillages urbains, ne sont pas un problème mais une solution !

Défendez-vous !

Verbalisé pour "remontée de file" sur le périph ? Faites valoir vos droits et conservez la lettre de Maître Altabef dans votre portefeuille ! Lettre à télécharger (PDF, 3 pages) dans la colonne à droite de l’article, dans "Compléments".

Publicité
Infos en plus
Publicité