Le 1er octobre 2016 à 2h45 du matin, un individu a mis le feu à des motos et scooters stationnés dans un parking 2-roues, à proximité de la gare Montparnasse, avenue du Commandant Mouchotte dans le 14e arrondissement de Paris. Le feu s’est très rapidement propagé aux véhicules étroitement alignés, et 52 d’entre eux ont été calcinés. Deux voitures et la devanture d’un magasin ont également été endommagées.

21 pompiers mobilisés
Le gigantesque brasier s’étant produit devant l’hôtel Pullman, les gardiens ont appelé les pompiers rapidement, racontait Leparisien.fr juste après le sinistre. L’intervention de 21 hommes du feu, avec 6 engins de secours, a été nécessaire pour stopper les flammes.

Acte délibéré ?
La piste criminelle était immédiatement retenue : un individu aurait été vu en train de lancer un fumigène de la passerelle qui surplombe l’avenue, juste sur les 2-roues. Mais on ne sait si c’est un imbécile qui a lancé un fumigène sans vouloir tout brûler, ou bien un acte délibéré. L’enquête a été confiée à la sûreté territoriale de Paris.

Un mois après les faits, Motomag.com a tenté d’en savoir plus sur l’avancée de celle-ci, mais ni la Préfecture de police de Paris, ni le Parquet ne sont en mesure d’apporter une réponse. « Une enquête est en cours », se contentent de commenter, laconiquement, les autorités.

Le triste reflet de la bêtise
Durant plusieurs jours, le triste spectacle des carcasses carbonisées, accentué par l’âcre odeur de brûlé flottant dans l’air, subjuguait le quartier. Le 2 octobre, un peu avant la manifestation de la FFMC-Paris contre les interdictions de circulation, nous sommes allés faire quelques photos de cette vision de fin du monde.

Sur place, nous avons rencontré René, 74 ans, dont la Yamaha 900 Diversion a sombré dans les flammes. Il nous a livré un témoignage poignant sur ce sinistre, et sur son rapport à la moto. Nous le livrons car il indique à quel point la moto fait partie d’une vie et la détruire aussi stupidement contribue au désespoir d’un individu.

Retrouvez le témoignage de René, qui a perdu sa moto dans l’incendie du 1er octobre à Paris, en cliquant ici

Publicité
Publicité