Espace abonné

NOUS SUIVRE SUR LE WEB

flux RSS Motomag Nous suivre sur Facebook Twitter avec Motomag Google+ avec Motomag Chaîne YouTube Motomag

Abonnement et réabonnement à Moto Magazine et ses Hors-Séries

RECEVEZ LA NEWSLETTER

Etapes et hébergements Moto Magazine

 Petites annonces 

Questionnaire occasion

Promo Boutique

Vos blogs

Créer un blog


Casque d’âne

ANNUAIRE DES MOTARDS

Fédération Française des Motards en Colère

En ce moment vous discutez de

Voir tous les débats de Motomag


Articles les plus lus

Thèmes les plus populaires

1938/1938
1785/1938
1436/1938
1344/1938
1242/1938
753/1938
707/1938
679/1938
573/1938
568/1938
555/1938
547/1938
498/1938
464/1938
356/1938
340/1938
318/1938
313/1938
306/1938
303/1938
277/1938
274/1938
233/1938
213/1938
motomag.com
Reportage

Honda Japon : l’obsession de la sécurité

10e compétition de sécurité des instructeurs Honda > Suzuka > Japon
Le premier constructeur nippon de motos, Honda, cultive sa différence par rapport aux autres fabricants en mettant en avant la formation et la maîtrise des motos.

 
 
Honda Japon : l'obsession de la sécurité

Le premier constructeur nippon de motos, Honda, cultive sa différence par rapport aux autres fabricants en mettant en avant la formation et la maîtrise des motos. (Voir les vidéos des épreuves).

En tant que premier constructeur, Honda tient à se démarquer des autres fabricants en proposant des stages de perfectionnement de conduite auto et moto. Ces stages se déroulent sous la houlette de formateurs extrêmement affûtés.

Pour les rendre encore plus efficaces, Honda a organisé, du 7 au 9 septembre 2006, une compétition interne (Safety Japan Instructor’s Competition) entre ses instructeurs japonais et ceux des pays d’outre mer sur le circuit de Suzuka au Japon.

Environ 137 personnes ont participé à une confrontation amicale, faite d’exercices de maîtrise de la conduite auto et moto.

Suite de l'article >>>

EN IMAGES

Commentez l'article (11 commentaires)

Salut je vous met le lien de cette vidéo excellente mais de qualité moyenne, et je voulais vous demandez aussi pourquoi le film biker boyz n’est pas dans la collection dvd qui est bon film comparé à la daube sans nom torque... ? http://www.dailymotion.com/ bookmarks/650xr-r/video/ (...)

consultez aussi :

Les exercices

JPEG - 31.8 ko

Les exercices effectués pour départager les 137 participants ont porté sur 4 épreuves.

- Le freinage : Les pilotes de 750 cm3 doivent s’élancer sur une piste de 180 m de long et atteindre une vitesse comprise entre 50 et 70 km/h avec la quatrième enclenchée. Le candidat doit ensuite freiner, en ligne, au franchissement des signaux. Contrairement à la pratique occidentale, les doigts ne peuvent pas être pré-positionnés sur le levier de frein.

- Le slalom : Le candidat doit passer entre 10 cônes espacés de 4,5m puis suivre une trajectoire en forme de « 8 » pour revenir sur l’alignement de cônes. La moto ne doit pas sortir de la piste qui fait 2 mètres de large.

- La poutre : Les candidats doivent s’élancer sur une poutre de 15m de long en restant sur leurs roues le plus longtemps possible. L’exercice doit se dérouler en première ou tout autre vitesse, sans toutefois dépasser 3000 tours/mn durant 5 secondes.

- Parcours rapide : Un parcours rapide fait d’angles droits, de virages serrés et d’épingles à cheveux est proposé aux participants. Pour éviter de les induire en erreur, une reconnaissance à pied a lieu avant l’épreuve.

Les gagnants sont sans conteste les formateurs de Singapour (et de sa banlieue de Bukit Batok) qui s’étaient déplacés en masse, puisqu’ils occupent les 6 premières places du classement moto !

Nos deux représentants tricolores occupent le dernier tiers du groupe « E », celui des pilotes « non-japonais » en 750 cm3. Mais l’essentiel n’est-il pas de participer comme le souhaitait un certain Pierre de Coubertin ?

Tags

Voyages - Délire - Sécurité
Tip A Friend  Envoyer par email   Afficher une version imprimable de cet article Imprimer

Outre les exercices de slaloms entre des cônes, des épreuves de maniabilité, de freinage d’urgence et de lenteur sur une poutre, les participants ont pu échanger de nombreux points de vue sur leur manière de transmettre leur savoir en matière de conduite.

Cette année pour ce 10e rendez vous, des formateurs sont venus principalement d’Asie : Thaïlande, Singapour, Corée, Chine Populaire, Taïpeh (Chine Nationaliste) et Malaisie. Le contingent le moins nombreux venait lui de Turquie, d’Australie, de France et de Russie. Tous se sont affrontés en une joute faite de rivalité et d’amitié.

Comme l’explique Michel Millet, le référent national des 2-roues de l’Ecole de conduite française (ECF), qui fédère 350 agences sur l’Hexagone, « nous avons à apprendre des Japonais la rigueur au niveau de l’apprentissage, d’autant que Honda a été le premier à introduire la notion de sécurité routière ». Cette confrontation permet également « d’échanger nos savoir-faire, nos techniques. C’est une excellente occasion pour se remettre en question. Car en matière de sécurité routière, rien n’est jamais acquis de manière définitive. »

Des centres de remise à niveau existent depuis 30 ans au Japon

L’obsession de la sécurité routière n’est pas un vain mot chez Honda, car « nos centres de formation existent depuis plus de 30 ans », explique M. Yoshihisa Saito, le responsable du programme « Safety Japan ».

« Depuis, près de 4,4 millions de conducteurs sont passés par nos huit centres de formation, ici au Japon », continue notre homme. « Ici, au centre de formation de Suzuka, on reçoit 20.000 conducteurs par an et près de 700.000 conducteurs passent par l’ensemble de nos écoles chaque année », précise encore M. Saito. Un chiffre que l’on aimerait bien pouvoir aligner, ici, en France.

Le coût d’une remise à niveau ? 20.000 yens pour la journée soit 134 euros.

Ce système de formation et de remise à niveau par des centres spécialisés Honda commence à s’implanter en Thaïlande et au Brésil. Bien entendu, tout n’est pas si rose au pays du Soleil levant. Car « 80% de notre clientèle nous est envoyé par des entreprises et les 20% restant sont des particuliers », analyse M. Saito.

La clientèle se repartit comme suit : « Environ 80% de conducteurs de voitures contre 20% de motards. »

Pour ce faire, le centre moto dispose de Honda CB 750 et de maxi scooters de 400 cm3. La piste d’entraînement dédiée comporte tous les pièges de la jungle urbaine avec des bosses, un franchissement de pont et une piste de freinage d’urgence.

Il serait utile de s’inspirer de l’exemple japonais pour créer ces centres de remise à niveau, plutôt que de multiplier les radars et autres contrôles tatillons, faits uniquement pour remplir les caisses de l’Etat.

Thierry Leconte - 29/01/2007

Nos derniers articles

Balade moto en Champagne-Ardenne : la montagne de Reims et le Chemin des Dames

L’endroit idéal pour buller. Entre breuvages festifs et terres meurtries par les grands conflits armés, la Champagne-Ardenne cumule les atmosphères délicates et sombres. Itinéraire croisé mêlant une histoire mouvementée et le charme d’un vignoble que le monde entier nous envie.

Balade en Écosse : 3000 km sous la pluie en 125

L’Écosse n’offre ses paysages sauvages et purs qu’aux voyageurs qui osent sortir des sentiers battus. Ses routes étroites et sinueuses s’enlacent à travers les Highlands. D’Edimbourg à Iverness, en passant par la fameuse île de Skye, nous l’avons parcourue avec un véhicule idéal pour la découverte : une 125 cm3. Inoubliable.

Reportage : la Namibie en BMW F 800 GS

Coincée entre la grande soeur sud-africaine, le Botswana, l’Angola et l’Atlantique, la Namibie offre un visage tranquille de l’Afrique. Un pays a découvrir, pourquoi pas à moto.

Journal de bord d’une essayeuse : Gaëlle en Corse

Cette année, Gaëlle nous conte son périple en Corse. Après l’Écosse et la Bretagne, son journal de bord nous emmène sur l’île de Beauté. Au programme : paysages, gastronomie, anecdotes et virolos. En route !

Le monde à moto : ces étonnants motards voyageurs

Impossible de résumer en quelques phrases un périple à moto de plusieurs mois. Six grands voyageurs ont toutefois accepté de nous éclairer sur leur expérience : une bonne occasion de vérifier que le monde est pluriel et chaque voyage unique.

Nous suivre sur
le web