Essai

On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et une boîte de vitesses sophistiquée pour épater la crémière ! En perdant 700 € de prix de vente, en 2013, le Forza NS 300 ABS a récupéré l’excellent 279 cm3 du Honda SH 300, mais échangé la boîte à sélection automatique ou manuelle de la version 250 contre un classique système à variateur.

La qualité et les ajustements des plastiques sont en baisse flagrante, il faut bien faire des économies quelque part. Mais, lesté de 2 kg supplémentaires, le 300 a conservé les proportions étroites, le confort et la maniabilité de son aîné.

Un outil très confortable

La hauteur de selle de 716 mm (795 mm sur un Kymco Xciting 400i, à titre de comparaison) facilite l’installation aux commandes. Ladite selle s’avère très accueillante et, une fois assis, pour ne pas dire allongé dedans, le pilote bénéficie d’une bonne protection jusqu’au bas du casque. Avec ses suspensions souples, le Forza est un outil très confortable.

Il est d’autant plus convivial à utiliser en ville qu’il pèse 17 kg de moins que ses deux concurrents, le Yamaha X-Max et le Kymco 400. Le coffre sous le siège peut recevoir deux intégraux et le tablier est doté de deux rangements, dont l’un dissimule une prise 12 volts.

Le freinage couplé, un véritable plus en ville

Grâce à un centre de gravité très bas et à un faible rayon de braquage, sa maniabilité est excellente. Hélas, le châssis trop souple altère un peu la tenue de route. Rien de rédhibitoire cependant. Le Forza 300 reste un véhicule rassurant, d’autant qu’il est équipé du freinage couplé C-ABS, un véritable plus en ville et en duo.

Polyvalent

Le Forza ne passe pas pour un foudre de guerre au démarrage et à la reprise. Sa vitesse maxi, d’environ 135 km/h, s’avère cependant suffisante pour aborder les réseaux autoroutiers interurbains en toute sérénité.

Essai réalisé par François Barrois

Commentaires (2)

Infos en plus
Publicité