(extrait de Moto Mag n°243, décembre 2007-janvier 2008)

Le bouilleur du XLV 2008 est étroitement dérivé de celui du Deauville. Il passe donc à 680 cm3, adopte une quatrième soupape par cylindre et est alimenté par injection, norme Euro 3 oblige.
- La souplesse moteur est remarquable : la moto évolue sans à-coup ni cognement sur le ralenti et reprend dès 3.000 tr/mn en 5e (70 km/h). La hauteur de selle toujours raisonnable est un atout en ville.
- L’évolution sur autoroute à vitesse légale se fait dans le confort grâce à la protection apportée, mais c’est le réseau secondaire qui révèle les bonifications de la machine. L’adoption d’une roue avant de 19 pouces (contre 21) et des suspensions affermies assurent le maintien du cap, même sur revêtement dégradé.
- Le maintien de classiques jantes à rayons ne permet pas de monter des pneus tubeless. On se félicite de l’arrivée avec 2008 d’une version ABS-CBS.

Verdict. Face à des concurrentes comme les Kawasaki Versys et Suzuki V-Strom, on s’attendait à une révolution technique de la part de la vieillissante XLV pour se mettre à la page.
- Elle s’est contentée d’une amélioration de son comportement dynamique, d’un gain de puissance et d’un lifting notable, tout en gardant la polyvalence et la facilité qui ont fait son succès. Une formule qui devrait continuer à fonctionner.

Infos en plus
Publicité