En images

Le Président a l’expérience des 2-roues Quid du Monsieur Moto et du brassard fluo ? J.-L. Névache restera-t-il M. Sécurité Routière ?

Intérieur ou Transports ? Lors de la campagne électorale, le candidat du Parti Socialiste, François Hollande, a répondu aux questions de la FFMC, de la FFM et du Codever, sur son programme en matière de sécurité routière. Dans un courrier daté du 23 mars 2012, il rappelait qu’il était lui-même « (ancien) conducteur de 2RM », et qu’il était, à ce titre « particulièrement sensible » à ces questions. Il annonçait que « la sécurité routière ne doit pas se résumer à de la répression ». Il se déclarait très favorable à l’ensemble des revendications de la FFMC, qu’il avait lues dans « le Manifeste de la FFMC pour la sécurité des 2RM ». Il ne répondait pas clairement à la question du transfert de la sécurité routière du ministère de l’Intérieur à celui des Transports, mais cette inflexion vers la prévention devrait l’inciter à le faire.

Brassard fluo ou équipement complet ? Sur la question de l’obligation de port notamment du brassard rétro-réfléchissant, François Hollande ne s’engageait pas clairement à le supprimer. Il prônait cependant une « incitation » pour les usagers à s’équiper, pour se protéger, d’un équipement complet de type blouson, gants et bottes adaptés. Incitation plutôt qu’obligation, voilà une notion qui va dans le sens de ce que demande la FFMC.

Contrôle technique ou suivi de conformité ? François Hollande ne validait pas l’obligation d’un contrôle technique des cyclomoteurs, préférant un « suivi d’entretien et de conformité » via le réseau des concessionnaires. Ce qui est plus subtile, mais aussi contraignant.

Circulation interfiles et adaptation de l’infrastructure. Voici ce que répondait, sur ce point, François Hollande à Moto Magazine : « L’autorisation de la circulation des deux-roues entre les files de voitures, dès lors que les règles sont claires et connues de tous, me paraît répondre à un certain pragmatisme. Il faudrait réfléchir, dans le même temps, à l’adaptation de l’infrastructure routière et de l’usage de celle-ci (…) Toutes les études le montrent, celle-ci est déterminante pour prévenir les accidents. »

Environnement et loisirs verts. Sur ce point, l’ancien député de Corrèze souhaite s’engager dans la concertation, avec le souci de « préserver l’environnement et le respect des contraintes sonores ». Il se défend de toute attitude « excessivement rigide qui exclut sans aucune réserve l’activité humaine ». Et la pratique du deux-roues en ville ? « Les résultats dépendent des habitudes de conduite et du développement des autres modes de transport (…). Ma priorité va au développement des transports en commun, qui sont beaucoup moins polluants rapportés à l’usager. » François Hollande se maintient dans la logique de son association avec les écologistes d’EELV.

Sport moto. En réponse à la FFMC, François Hollande ne se déclarait « pas défavorable à la création de sites dédiés aux sports mécaniques », mais il privilégiait l’optimisation des sites existants tant pour la pratique que pour la formation à ces pratiques.

Expérience. « François Hollande s’est beaucoup déplacé en scooter, il
est capable de comprendre ce que nous avons à partager pour améliorer
les conditions de circulation de tous, ce qu’il nous a d’ailleurs rappelé lors
de la campagne électorale, en faisant référence au "Manifeste de la FFMC
pour la Sécurité routière"… Il a donc tous les atouts en main pour passer
des intentions à l’action »
, conclut la FFMC.

Publicité
Publicité