Nouveau circuit
2000, changement de décor, puisque c’est sur le circuit de Magny-Cours que va se dérouler ce 64e Bol d’Or. Les Suzuki sont les grandes favorites, avec notamment la n° O, pilotée par Jean-Michel Bayle. Mais c’est la Superbike, la Yamaha R7, qui l’emporte avec, au guidon, Jean-Marc Deletang, Fabien Foret et Mark Willis.
2001 verra la revanche de Suzuki, qui gagne grâce à Brian Morrisson, Christian Lavieille et Laurent Brian. En commentant sa victoire, Dominique Méliand s’est félicité de « l’entrée fracassante de la catégorie Superproduction cette année. Nous étions peu à y croire, mais les résultats que nous avons obtenus sur toutes les courses de cette saison parlent d’eux-mêmes. Mon seul souhait est qu’elle progresse encore plus l’année prochaine. »
À la 2e place on retrouve la Honda Elf n° 111 et, sur la 3e marche, la n°1 du team Phase One. Le dernier tour de piste a été arrosé au sens propre du terme avec un déluge côté météo, qui a provoqué de nombreuses chutes.

Le Sert en force
En 2002, le Sert réussit le doublé à l’issue de ce 66e Bol d’Or. L’équipage vainqueur est composé de Jean-Michel Bayle, Sébastien Gimbert et Nicolas Dussauge. Le GMT 94 monte sur la 3e marche et signe son premier podium au Bol.
Dommage, il rate la 2e place de peu. En effet, suite à un accrochage avec la n°40 à 8 h du matin, la Suzuki n°1 s’arrête quelques minutes aux stands. Lorsqu’elle repart, elle se retrouvée en bagarre avec la moto n°94 du GMT. C’était l’occasion rêvée pour le team de Christophe Guyot d’enlever la deuxième place. Hélas cette passe d’armes s’est conclue à l’avantage de la machine bleue et blanche. Le podium est 100% Suzuki.
En 2003, Suzuki remporte le 67e Bol d’Or, avec au guidon les 3 pilotes victorieux l’année précédente. Le Sert s’adjuge du même coup le Master of Endurance 2003 après Le Mans et Spa-Francorchamps. Les Yamaha de Free Bike et du GMT 94 complètent le podium après une course irréprochable.
Christophe Guyot commente ce nouveau podium. « Être sur le podium me rend vraiment très heureux. Cette course a été véritablement super, malgré tout. Nous avons essayé de gagner, nous avons tout fait pour ça. La moto, les pilotes, les pneus nous ont montré que c’était possible. Nous sommes fiers d’avoir été compétitifs. Bien sûr, il y a eu ces deux déceptions qui nous ont empêché de faire mieux que troisième : d’une part l’alerte à la température d’eau, puis la boîte de vitesses. Mais ce sont les aléas de la course. On a tout donné, on a essayé de faire quelque chose de grand, on arrive sur la troisième marche avec la R1 et on est très heureux. »
À noter, en marge de ce Bol d’Or : 118 jeunes ont pris le chemin du circuit de Nevers Magny-Cours au guidon de leur mob après avoir sillonné les départementales françaises avec la FFMC Loisirs. Ils ont ainsi pu voir la course et fêter avec de nombreux motards les 20 ans de la Mutuelle des Motards.

3 victoires pour Suzuki
L’édition de 2004 me touche plus particulièrement : c’est mon ami Bruno Bonhuil qui est en photo sur toutes les affiches officielles du Bol 2004.
La course est fortement perturbée par des trombes d’eau entraînant de nombreuses chutes et de multiples neutralisations du pace-car. Ce 68e Bol d’Or consacre une nouvelle fois les Suzuki, qui réalisent le doublé. C’est l’équipage Vincent Philippe, Keiichi Kitagawa et Mathieu Lagrive qui gagne la course. Sur la 3e marche du podium on trouve la Kawasaki ZX-10 R Fuchs. À noter, la présence de l’ancien champion du Monde 500 Kevin Schwantz, qui participait à la course au guidon d’une Suzuki privé engagée par nos confrères de Moto Revue. Avec ses deux coéquipiers, David Dumain et Thierry Traccan il se classe à une symbolique 34e position.
2005, les vainqueurs de l’année précédente rééditent leur exploit, ils gagnent la course devant le GMT 94 dont l’équipage est composé de Costes, Gimbert et Checa. Le GMT 94 s’approche peu à peu de la victoire, mais celle ci se refuse encore cette année-là.
2006... c’est la 3e victoire d’affilé pour l’équipage de la Suzuki N° 1 : Vincent Philippe, Keiichi Kitagawa et Mathieu Lagrive. Pourtant la course ne fut pas facile, et la Yamaha 94 s’est bien battue. Mais elle a dû se résigner après une chute et l’abandon sur casse mécanique à midi. C’est finalement une autre Yamaha, la n° 7 du Team Austria, qui prend la 2e place (Jerman, Giabbani, Scarnato). La Kawasaki officielle n° 111 complète le podium (Piot, Plater, Silva). Suzuki Junior Team, 4e à l’arrivée, s’impose en catégorie Superstock devant la Yamaha Decibels Endurance.

Le GMT 94 enfin sur la première marche
2007 est l’année du GMT 94. Après avoir bataillé en tête de la course depuis de nombreuses années, c’est la récompense suprême pour Christophe Guyot, Michel Guerre et tout le team. Sur le podium, David Checa, Sébastien Gimbert et Olivier Four savourent leur performance.
« Cette victoire a une réelle valeur pour nous », explique Christophe Guyot le team manager. « Outre l’émotion de la première place, l’endurance représente pour nous les vraies valeurs de la moto et une aventure humaine exceptionnelle. Il règne une véritable amitié entre tous les membres de notre équipe et la victoire est la meilleure récompense de cet investissement humain énorme. Cette première place, nous sommes allés la chercher. Les pilotes ont réalisé une très belle prestation, roulant dans des temps incroyables de nuit comme de jour. Tous les records de vitesse ont été battus sur ce Bol d’Or, et nos concurrents étaient très affûtés. Lorsque nous sommes passés en tête à 9h15 ce matin, après être remontés sur les leaders seconde après seconde, cela a été une explosion de joie dans notre stand. Puis notre position a été sécurisée à 10h30 quand notre poursuivant direct a chuté. À partir de là, cette course de vitesse est redevenue épreuve d’endurance, et nous avons assuré à tous les niveaux.
Les courses d’endurance sont des épreuves où l’on va véritablement au bout de soi-même et, malgré nos ambitions dans d’autres championnats, nous y resterons fidèles. »

As gagnant
2008. Vincent Philippe, Julien Da Costa et Matthieu Lagrive remportent une nouvelle victoire pour le Sert, qui réalise le doublé en plaçant la n° 2 en 2e position (William Costes, Guillaume Dietrich et Olivier Four).
2009… 13e victoire du Sert. Dimanche 13 septembre, le Suzuki Endurance Racing Team (Sert) franchit en tête la ligne d’arrivée de ce 73e Bol d’Or, avec la n°1 aux mains de Vincent Philippe, Freddy Foray et Olivier Four : une 13e victoire au Bol pour l’écurie de Dominique Méliand.
« On travaille sur cette moto depuis le mois de mai. La victoire s’est jouée sur la piste, mais surtout dans les stands. On n’avait pas une machine à la pointe de la performance, mais suffisamment rapide pour embêter tout le monde. Personnellement je suis très ému. C’est mon cinquième Bol d’Or », déclarait Vincent Philippe, au terme de la course à nos confrères de L’Equipe. Pour Dominique Méliand, cette victoire est notamment due aux « 30 ans d’expérience » de l’écurie. À noter qu’en 2009, pour finaliser les essais, une Superpole est organisée comme dans le championnat du monde Superbike (et le championnat de France).

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité