Le 1er juin à Paris, deux guides de convoi exceptionnel à moto, qui cherchent à obtenir du gouvernement un cadre légal à l’exercice de leur profession, ont déposé une pétition] à l’Hôtel Matignon, bureau du Premier ministre à Paris.

Devant Matignon, ils étaient donc deux membres du collectif « Non assistance à professionnels en danger », Bruno Berthier et Bertrand Lesort-Pajot.

Bertrand Lesort-Pajot (à gauche) et Bruno Berthier (à droite), en 2013.

Route barrée...
« Arrivés sur place vers 9h, nous avons été rejoins par une policier des Renseignements généraux, comme prévu, raconte Bruno Berthier. Autour d’un café, avec Bertrand, nous lui avons expliqué notre démarche. À 10h, nous nous sommes dirigés vers l’Hôtel Matignon où nous avons été rejoints par des policiers qui nous ont bloqués avant d’y arriver.

Ils ont attendu le feu vert pour nous laisser rejoindre un major de Gendarmerie qui nous a signifié l’impossibilité de rencontrer le directeur de cabinet du Premier Ministre. Le courrier a donc été remis, contre une signature.

Défense d’entrer...
Nous nous sommes rendus à la Défense (92), aux bureaux de la Sécurité routière, du ministère de l’Intérieur. Nous voulions rencontrer le délégué du gouvernement, Emmanuel Barbe, qui n’était pas sur place. Nous avons été accueillis par un fonctionnaire, qui a pris en compte notre courrier contre signature »
.

Les guides n’ont pas rencontré les interlocuteurs qu’ils souhaitaient, mais se satisfont d’avoir remis leurs doléances à l’Hôtel Matignon comme au ministère de l’Intérieur. « C’est une mission réussie », conclut Bruno Berthier. Souhaitons leur que les doléances soient transmises aux fonctionnaires compétents.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité