Depuis juillet 2015, date d’inauguration du premier d’entre eux, les radars autonomes s’implantent sur le territoire national. Pour mémoire, ces nouveaux appareils de contrôle de vitesse ont vocation à être installés aux abords des zones de chantier. Ce sont de gros boîtiers mobiles disposés à un endroit de manière temporaire.

Pour justifier ces nouveaux venus, la Sécurité Routière indique que « chaque année on déplore environ 200 accidents aux abords des chantiers du réseau principal (autoroutes et nationales). Ces accidents provoquent 1 à 4 décès par an et environ 80 blessés. Cela touche autant les usagers que les agents travaillant sur les chantiers ».

Radar de chantier ou de motards
Ces radars ont donc la propriété d’être déplaçables pour aller de chantier en chantier… mais pas que. En septembre dernier par exemple, au moment du Bol d’Or, deux d’entre eux ont fait le chemin jusqu’au Var pour « accueillir » les motards venus assister à la course d’endurance.

Maire en colère
Plus récemment, le maire de Gonesse a appris, une semaine après son installation, qu’un radar de ce type avait pris place dans sa commune. L’engin se trouve sur la D970, rue d’Arsonval, au niveau du chantier du BHNS (Bus à haut niveau de service). Il s’agit du premier radar autonome mobile du département, capable de surcroît de flasher dans les deux sens. Depuis son installation le 26 janvier, ce radar, déjà tagué, a « immortalisé » 7 000 véhicules roulant au-delà de 30 km/h. Un « score » certes loin de celui du radar de l’A15 (1 800 flashs/jour) mais suffisamment élevé pour provoquer la colère de Jean-Pierre Blazy.

Défaut de prévention
Le député maire PS de la commune, sans doute fatigué d’être interpellé à ce sujet par ses administrés, a confié à notre confrère du quotidien Le Parisien : « il ne faut pas confondre répression routière et sécurité routière. Bien que ce nouveau radar puisse être utile pour faire ralentir les automobilistes et assurer la sécurité des personnels travaillant sur le chantier, je regrette qu’une telle installation ne fasse pas l’objet d’une phase de pédagogie et de concertation avec la commune avant d’entamer des mesures de répression ». Voilà qui est envoyé.

Vigilance
De là à croire que le maire en colère parviendra à faire fuir le radar… Nous conseillons donc aux motards de rester particulièrement vigilants en empruntant la D970 à Gonesse.

Photo : Le Parisien

Publicité
Publicité