En images

MotoGP au Mans : Dani Pedrosa MotoGP au Mans : tous contre Marquez MotoGP au Mans : Jorge Lorenzo MotoGP au Mans : Valentino Rossi

Dans la catégorie reine, l’Espagnol Marc Marquez domine outrageusement. Quatre poles position, quatre victoires en autant d’épreuves, difficile de faire mieux pour le champion du monde en titre. Tout le monde se demande quand, mais surtout qui sera capable d’arrêter le prodige de 21 ans ? La réponse est simple, Marc Marquez lui-même.

Pedrosa et Rossi mieux armés psychologiquement
Sinon, au vue des récents résultats, seuls deux pilotes semblent être en mesure de faire déjouer le champion. Le premier n’est autre que son coéquipier, Dani Pedrosa, actuellement deuxième au classement général. Le n°26 a figuré sur chaque podium depuis l’ouverture de la saison. En 2013, sur une piste humide, il avait remporté la course au Mans. Avec une Honda ultra compétitive, Dani Pedrosa sera clairement un prétendant à la victoire à condition d’être dans le coup dès le début de la course.

Un autre pilote aura sa carte à jouer pour la victoire finale ce week-end, en la personne de Valentino Rossi. Pour sa deuxième saison chez Yamaha (depuis son retour), l’Italien semble avoir trouvé une nouvelle jeunesse.

Le nonuple champion du monde a terminé deux fois deuxième. Mais surtout, il a surclassé son coéquipier et vice-champion du monde, Jorge Lorenzo, 3 fois en 4 courses.

Le Mans est circuit où Rossi a toujours été performant depuis l’introduction des machines 4-temps en 2002. Actuellement en pleine confiance, il visera clairement la victoire, la 80e de sa carrière en MotoGP.

Le retour de Jorge Lorenzo ?
Quant à Lorenzo, il n’est clairement pas à son meilleur niveau. Son début de saison manqué, les problèmes de pneus, le retour de Rossi au premier plan et la suprématie de Marquez doivent lui donner des maux de tête.

Mais Jorge Lorenzo a déjà brillé à maintes reprises sur le tracé manceau (victoires en 2009, 2010, 2012). Une victoire pour le Majorquin lancerait définitivement sa saison. Verdict, dimanche sur Motomag.com.

Moto2


Les courses sont moins spectaculaires et indécises que par le passé. Pour l’instant, Esteve Rabat réalise un début de saison tonitruant. Avec 83 points au compteur, jamais un pilote n’avait marqué autant de points depuis l’introduction de la catégorie Moto2 en 2010. Au Mans, il sera l’homme à battre.

Les outsiders annoncés sont Mika Kallio (vainqueur du dernier GP à Jerez), Dominique Aegerter, Simone Corsi ou encore les rookies Maverick Vinales, Luis Salom et Jonas Folger.

Concernant Johann Zarco, il est le pilote français le mieux armé pour bien figurer. Malgré un début de saison complètement manqué, avec comme meilleure place une huitième position à Jerez, Zarco tentera d’inverser la tendance devant ses fans. L’année dernière, il avait failli s’imposer sous la pluie.

Pour Louis Rossi (lire l’interview), la tâche s’annonce plus ardue. Auteur d’une belle dixième place au Qatar, le Manceau a eu plus de difficultés par la suite. Mais revenir sur les terres de sa première victoire (125 cm3 en 2012) devrait lui donner des ailes, espérons le !

Moto3


Comme d’habitude le Moto3 (et avant en 125 cm3) est la catégorie qui devrait offrir le plus de spectacle. Lors de chaque GP, la victoire se joue dans le dernier tour, avec plusieurs pilotes qui se chiffonnent.

Avant le Grand Prix de France, Jack Miller occupe la première place du championnat. Mais l’Australien a vu revenir dans son sillage Romano Fenati. L’Italien s’est imposé coup sur coup en Argentine puis en Espagne.

Alex Rins et Alex Marquez (qui sont passés de KTM à Honda durant l’intersaison), devraient s’arsouiller avec ces deux hommes aux avant-postes. Tous deux essaieront de s’imposer une première fois en 2014. Tout comme Efren Vasquez (Honda), la belle surprise de ce début de saison.

Côté français, Alexis Masbou sera à 100 % de ses moyens pour sa course nationale (après une longue blessure au scaphoïde). Avec une Honda officielle et le soutien du public, le pilote de 26 ans devrait faire une jolie course s’il parvient à se qualifier dans le top 10.

Pour Jules Danilo, l’équation n’est pas la même. Âgé de 18 ans, il débute cette année dans le Continental Circus. Ce dernier devra faire avec l’une des machines les moins performantes du plateau (Mahindra non officielle). Marquer des points sonnerait déjà comme une victoire.

Du beau spectacle en perspective sur le circuit Bugatti, et en plus le soleil est annoncé. Bonnes courses.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité