Ce mercredi matin, dans la Sarthe (72), Éric se rend, comme de coutume, au travail au guidon de sa KTM. Il fait malheureusement une sortie de route et atterrit, dans un champ, avec 5 côtes, les sinus et une clavicule cassés.

Partir sans prévenir
Comme le révèlent nos confrères de France Bleu Maine, l’employeur d’Eric appelle alors à son domicile et signale à sa femme son absence au travail. Celle-ci se rend immédiatement à la gendarmerie qui ne poursuivra pas les recherches outre mesure. D’après les données dont elle dispose, le téléphone d’Éric aurait été localisé en plusieurs endroits différents. La gendarmerie en conclut que le motard se déplace et qu’il n’y a donc pas lieu à investigation. Aux yeux de la loi française, un adulte a en effet le droit de partir sans prévenir ses proches.

Google intrusif mais salvateur
L’épouse du motard ne croit pas à cette thèse. Pour retrouver son mari, elle organise alors une distribution de tracts et même une battue. Les deux restent sans résultat. Un ami lui suggère alors de se connecter au compte Google de son mari dont elle connait les identifiants. Bingo ! Elle obtient une position GPS exacte qui lui permet de se rendre auprès de son mari et de le faire transporter à l’hopital samedi, soit 4 jours après son accident. Éric est déshydraté (il a fait très chaud ces derniers jours) et cassé mais retrouvé. Depuis sa femme fait campagne pour inciter les motard à toujours partir équipé d’un GPS lorsqu’ils sont en solo.

Dans la même veine, un motard américain était resté 8 jours sous sa VTX avant d’être sauvé grâce à l’inactivité de son compte Facebook.

Comme quoi les réseaux sociaux sont certes intrusifs mais peuvent aussi sauver des vies dans certaines circonstances.

Dans la Boutique Motomag.com

- Guide : « Plus de 100 conseils de conduite moto et scooter »

Publicité
Publicité