En images

Gants moto mi-saison : l’avis de Nikolaz Gants moto mi-saison : les alternatives plus chères Gants mi-saison : IXS, rapport qualité/prix aussi Gants mi-saison : Büse, rapport qualité/prix

À l’évidence, la doublure doit être fixée pour ne pas sortir avec les doigts des mains mouillées. Une manchette longue, mais assez fine pour passer sous la manche du blouson est, bon sens oblige, un must pour éviter l’inondation interne par ruissellement.

Une raclette pour essuyer l’écran, de bonne longueur et placée sur l’index gauche, est un plus qualifiant, même si les gants les meilleurs sur la globalité n’en possèdent pas forcément.

On notera que deux paires IXS et Büse offrent un « meilleur rapport qualité-prix ». Mais aucune ne souscrit en totalité au cahier des charges, il n’y a donc pas de note technique supérieure à 7/10. Pas de meilleure note technique probatoire donc en dessous de 70 €.

Chère alternative

« Je vous écris pour savoir ce qui, en dehors du matériel à moins de 70 €, est efficace », nous demandait un lecteur. Réponse : deux paires de gants, les Held Shakal et les IXS Taras (mais sans Boulba) testées pour d’autres numéros (267 et 277), obtiennent une note technique de 8/10 (meilleure note technique) pour un rapport qualité-prix correct. Côté tarif, on n’a rien pour peu, il en coûte tout de même entre 123 et 167 € !

Conclusion

Si certains gants mi-saison vendus entre 70 € et moins sont proches de l’idéal sur le plan technique, ils le sont tout de même beaucoup moins que des gants nettement plus chers. Reste ensuite à savoir quel usage on fait de sa moto. Ce qui ne convient pas au mieux pour les longs parcours routiers est suffisant pour de courts trajets interurbains.

Les marques et les modèles testés : Alpinestars Quark, Bering Effect*, Büse Nordkapp, Dainese Garda, Held Touring 5, IXS Francky, Macna Vulcan*, Racer Feel*, Segura Duster, Spidi Logick*.

(*) modèles urbains à manchette courte

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Publicité