Espace abonné

NOUS SUIVRE SUR LE WEB

flux RSS Motomag Nous suivre sur Facebook Twitter avec Motomag Google+ avec Motomag Chaîne YouTube Motomag

Abonnement et réabonnement à Moto Magazine et ses Hors-Séries

RECEVEZ LA NEWSLETTER

Etapes et hébergements Moto Magazine

 Petites annonces 

Questionnaire occasion

Promo Boutique

Vos blogs

Créer un blog


Casque d’âne

ANNUAIRE DES MOTARDS

Fédération Française des Motards en Colère

En ce moment vous discutez de

Voir tous les débats de Motomag


Articles les plus lus

Thèmes les plus populaires

1936/1936
1785/1936
1433/1936
1341/1936
1242/1936
753/1936
707/1936
678/1936
573/1936
567/1936
555/1936
546/1936
497/1936
464/1936
356/1936
339/1936
318/1936
313/1936
305/1936
302/1936
277/1936
274/1936
233/1936
213/1936
motomag.com
Défense de la moto

Formation obligatoire des 125 : 7 heures pour apprendre dès maintenant !

La formation pour les 125 cm3 prend de l’ampleur. Depuis le 1er janvier 2011, 7 heures sont désormais obligatoires pour pouvoir conduire un deux-roues ou un tricycles (de catégorie L5e) pour les détenteurs du permis B. Explications.

 
 
Formation obligatoire des 125 : 7 heures pour apprendre dès maintenant !

A partir du 1er janvier 2011, la formation obligatoire pour les détenteurs du permis B d’au moins deux ans, et qui souhaitent conduire un deux-roues de 125 cm3 (ou un tricycle), passent de 3 à 7 heures.
Seuls seront exemptés les conducteurs pouvant justifier une pratique de leur deux-roues ces cinq dernières années.

7 heures pour quoi faire ?
Officiellement, le site de la Sécurité routière divise ces 7 heures en trois parties :

Deux heures de théorie qui exposent les cas d’accident les plus fréquents et les dangers des infrastructures pour les deux-roues. Une partie de ces deux heures serviraient à sensibiliser les nouveaux conducteurs aux équipements de sécurité (casque, blouson, gants).

Commentez l'article (33 commentaires)

Pour rappel, si la FFMC, l’AFDM, l’AMDM demandent cette formation depuis des lustres, ça n’est pas parce qu’elles pensent que les 2RM sont dangereux, titulaires d’un permis ou pas. C’est parce qu’elles savent que les autres usagers de la route ne sont pas formés à les prendre en compte. 7h, 10h, 20h, (...)

Consultez aussi

Dans nos éditions :

Tags

Sécurité routière - Débuter - FFMC - Sécurité
Tip A Friend  Envoyer par email   Afficher une version imprimable de cet article Imprimer

Deux heures de « plateau » auront pour but d’apprendre aux élèves les points de contrôle de sécurité à vérifier sur leur véhicule, ainsi que les bases de la conduite d’un deux-roues (freinages, slalom, etc...).

Enfin, les trois dernières heures se feront en agglomération. Les élèves apprendront alors à se comporter au guidon de leur moto, scooter ou leur tricycle dans le paysage urbain.

Campagne et site
Une campagne publicitaire est lancée depuis ce 1er janvier 2011. Une affiche, destinée à la presse et Internet, délivre un message simple : « Avant de monter dessus, apprenez à le maîtriser ». Aussi, un site Internet dédié au deux-roues est disponible. Explications et conseils de sécurité à la clé. Pour y jeter un œil, cliquez ici

350 euros en moyenne
En plus de l’achat du deux-roues, et de l’assurance obligatoire, le néo-motard devra faire un dernier effort financier pour cette nouvelle formation. Coût moyen annoncé : 350 €. En plus de la contrainte de temps, celle de l’argent risque aussi de freiner l’acheteur potentiel. « Certes, la formation sera bénéfique à ceux qui la suivront mais le marché du deux-roues risque d’en être fortement pénalisé », s’inquiète Luc Forestier, président du Conseil national des professionnels de l’automobile (CNPA).

7 mieux que 3
Une formation que la FFMC salue néanmoins. Sa participation dans les débats avec les pouvoirs publics a porté ses fruits. Aussi, si elle salue cette augmentation de la durée de formation (trois heures n’étaient que symboliques), elle se réjouit d’avoir œuvré aussi pour que cela reste une formation sans examen et non pas un permis pur et dur, plus coûteux et contraignant.

Et les automobilistes ?
Un gros regret tout de même : si on demande logiquement aux usagers de deux-roues à moteur de se former, il est bien dommage que les candidats au permis auto ne soient pas plus sensibilisés à la présence des scooters et motos dans la circulation, car la responsabilité des accidents de deux-roues se partagent largement (selon les statistiques), avec les quatre-roues (60% des cas).

Le rôle des écoles
Reste à savoir comment cette formation sera appliquée correctement par l’ensemble des écoles de conduite, et si elle influera dans le bon sens les chiffres de la sécurité routière.
Car, si tant d’efforts sont faits, c’est bien sûr pour faire baisser le bilan des accidents sur les routes.

Fabien Navetat - 03/01/2011

Nos derniers articles

Manifestations FFMC du 12 avril : où se retrouver ?

Voici les lieux et horaires des rassemblements, dans le cadre de la manifestation FFMC du 12 avril 2014 contre l’inflation sécuritaire, par ordre croissant des départements. Préparez les motos !

Limitation de vitesse : la FFMC dénonce l’inflation sécuritaire

Le 20 janvier, le ministre de l’Intérieur a présenté un bilan positif des accidents de la route en France en 2013 (-11 % de tués en un an). Il a pourtant promu l’idée d’abaisser la limitation de vitesse à 80 km/h sur le réseau secondaire. La FFMC dénonce l’inflation sécuritaire.

Accidents de la route : en 2013, à nouveau un bon bilan annuel

Comme en 2012, le bilan des accidents de la route en 2013 est favorable : le nombre de tués dans un accident de la circulation en France a baissé de 11 % tous véhicules confondus, et de 3 % dans la catégorie motos et scooters.

Route : baisse des tués en 2013… et baisse des vitesses en 2014

Attention, un bon bilan des accidents de la route (-10 % entre 2012 et 2013) peut cacher une baisse des limitations de vitesse ! Malgré l’accalmie sur le front de l’insécurité routière, le gouvernement projette toujours de réduire la limitation de 90 à 80 km/h sur certaines départementales…

Il n’y a plus de patron à la Sécurité Routière !

Le gouvernement a pris la décision lors du conseil des ministres du 4 décembre 2013 : Frédéric Péchenard n’est plus délégué interministériel à la sécurité routière. « A sa demande », est-il précisé. Rien n’est moins sûr…

Nous suivre sur
le web