L’annonce est passée furtivement, au milieu du train de 26 mesures pour la sécurité routière, présenté par le ministre de l’Intérieur, le 26 janvier dernier.

Pourtant, un fonctionnaire de l’Intérieur nous l’a confirmé, en off bien sûr : les 712 radars de feu tricolore installés aujourd’hui en France métropolitaine pourraient, progressivement, être équipés de manière à contrôler en plus la vitesse des véhicules.

C’est d’ailleurs la mesure n°12 du plan développé par Bernard Cazeneuve : « Relancer le déploiement de radars feux rouges et leur associer systématiquement un module de contrôle de la vitesse, notamment en agglomération. »
Attention, donc, à la tentation de tourner la poignée pour passer à l’orange !

Homologation à confirmer
Pour le gouvernement ce projet a le mérite d’être assez simple à réaliser, les boîtiers fixes étant déjà installés. Deux des trois types d’appareils installés aux feux en France intègrent déjà la mesure de la vitesse, révélait Auto Plus, le 6 février. Le centre national de traitement des amendes, à Rennes, s’en servirait pour dédouaner les conducteurs qui auraient freiné un peu tard.

Le problème, c’est que la vitesse est constatée par des boucles magnétiques dans la chaussée, et non par un radar. Il faudra donc passer par la case homologation avant de pouvoir verbaliser avec ces appareils. De quoi donner un peu de répit aux conducteurs.

Double peine
D’autant que plusieurs questions restent en suspens : la principale est de savoir si ces radars d’un nouveau genre doivent flasher les excès de vitesse en permanence, ou seulement ceux commis au vert et à l’orange.

Car, s’ils flashent au rouge, une contre-indication d’ordre juridique interviendrait : le contrevenant devrait logiquement recevoir deux procès-verbaux, l’un pour avoir brûlé le feu, l’autre pour excès de vitesse. Une double peine que la réglementation, telle qu’elle est prévue actuellement, ne permet pas.

Par ailleurs, les fonctionnaires se demandent s’il faudra signaler ces nouveaux radars de vitesse fixes par un panneau, comme les autres. A priori non, répond Auto Plus. Les antennes départementales de la FFMC vont devoir sortir la peinture blanche…

- C’est le moment de soutenir la FFMC en portant ses couleurs

Publicité
Publicité