En images

Michelin Power RS, décevant sous la pluie ? Michelin Power RS, également pour petites cylindrées Michelin Power RS, un procédé innovant Michelin Power RS, performants sur piste

« Il y aura un avant et un après ! » Michelin ne prend guère de pincettes pour communiquer sur les performances des Power RS, ses nouveaux pneus destinés aux roadsters sportifs et aux motos hypersport de toutes cylindrées (de 300 à 1200 cm3).

Pour le manufacturier clermontois, les successeurs des Pilot Power 3 et des Power SuperSport Evo sont indubitablement la nouvelle référence de ce segment.

Meilleure adhérence sur le sec et le mouillé, plus grande maniabilité et stabilité en progrès sont autant de points sur lesquels ces pneus, en vente depuis le début de l’année, auraient progressé.

Technique
Pour parvenir à ses objectifs, Michelin a bonifié ses technologies employées sur les générations précédentes. C’est ainsi le cas de l’ACT (Adaptive Case Technology, technologie d’enveloppe adaptative) apparu en 2015 sur la gamme de pneus route/racing.

Renommé ACT+, ce procédé inédit (deux brevets ont été déposés) fait varier la rigidité de la carcasse du pneu arrière. Les trames sont orientées à 90° au sommet pour obtenir la souplesse nécessaire à une excellente motricité lors de l’accélération, et à 70° sur les flancs pour plus de rigidité, donc de stabilité sur l’angle.

Le pneu avant a également droit à sa part variable. Si le profil global est légèrement plus arrondi que celui du PP3, l’épaisseur de gomme s’amenuise par l’intérieur, les deux rayons de courbure se rapprochant des flancs.

Selon Michelin, la combinaison de ces deux technologies améliore le retour d’informations indispensable pour exploiter ces pneus au maximum.

La gomme
Sur les Power RS est reconduite la technologie bigomme, mais en laissant plus de place à la bande de roulement : à l’avant, la répartition (gomme « tendre »/« dure »/« tendre ») est désormais de 16/68/16 contre 37,5/25/37,5 sur le PP3. À l’arrière, qui recourt au procédé 2CT+ (la gomme « dure » passe sous la gomme « tendre » pour la soutenir en virage), le rapport change de 40/20/40 sur le PP3 à 23/54/23 sur les PRS.

De plus, les composés des gommes sont annoncés comme étant nettement plus performants, notamment en termes d’adhérence sur le sec et le mouillé. La raison tient à leur développement effectué en interne, là où les concurrents font appel à des chimistes extérieurs.

Si l’esthétique rappelle celle des Power SuperSport ou des Power Cup Evo, la quantité de rainures a été revue pour en limiter le nombre sur les flancs et donner ainsi à ces pneus des allures de semi-slicks.

Sur circuit
Michelin a mis les petits plats dans les grands pour présenter son nouveau-né à la presse. Fournisseur officiel du championnat de MotoGP, le bibendum a réservé le rapide circuit de Losail, où se déroule le Grand Prix du Qatar, pour démontrer le potentiel des Power RS.

Trois ateliers étaient au programme. Le premier consistait à évoluer dans un slalom au guidon de petites cylindrées sportives pour démontrer l’efficacité de ces pneus destinés également à chausser des modèles en vogue en Asie du sud-est.

Plus musclé, le second atelier visait à comparer sur trois tours, au guidon de motos identiques, le comportement des anciens Pilot Power 3 face aux nouveaux Power RS.

Par sécurité, le contrôle de traction des motos équipées du PP3 avait été augmenté afin d’éviter tout problème de perte d‘adhérence sur ces motos dont les puissances tournaient autour des 200 chevaux.

Pour finir, les Power RS ont été évalués lors de sessions libres sur des motos aussi diverses que des BMW S1000RR, Yamaha R1, Aprilia RSV4, Kawasaki ZX-10R…

Bilan
Si nous n’avons pas eu l’opportunité d’essayer ces pneus, ni sur route, ni sur chaussée mouillée, leur potentiel sur piste est avéré. Plus maniables que les Pilot Power 3, ils sont en mesure d’accompagner autant le pilote débutant découvrant la piste que le pilote confirmé désireux de chasser le chrono.

Michelin fonde de grands espoirs commerciaux sur ces produits en visant la place de leader du segment sport/route. Une ambition que se feront fort de contrarier leurs principaux concurrents, comme Bridgestone avec les S21 Evo Continental Sport Attack 3, Dunlop avec les Sportsmart 2 Max, Metzeler avec les Sportec M7 RR et Pirelli avec les Diablo Rosso 3.

Dimensions

AvantArrière
110/70 ZR 17 54(W) 140/70 R 17 66H
110/70 R 17 54H 150/60 ZR 17 66(W)
120/60 ZR 17 55(W) 160/60 ZR 17 69(W)
120/70 ZR 17 58 (W) 180/55 ZR 17 73(W)
180/60 ZR 17 75(W)
190/50 ZR 17 73(W)
190/55 ZR 17 75(W)
200/55 ZR 17 78(W)
240/45 ZR 17 82(W)

Publicité

Commentaire (0)

Publicité