Essai

En images

Mi-scrambler, mi-roadster, la Svartpilen 401 d’Husqvarna souffle un vent nouveau sur le segment des motos néorétros de moyenne cylindrée. Depuis son rachat par la firme autrichienne KTM, il y a quatre ans, Husqvarna se réapproprie les modèles phares de la gamme orange, transformant des modèles très fun et « ready to race » (prêt à courir) en machines néorétros. Fruits de l’imagination du Français Maxime Thouvenin, designer aux studios Kiska, la Svartpilen et la Vitpilen 401 reprennent donc une base connue : celle de la KTM 390 Duke. Cadre en treillis tubulaire, monocylindre 373  cm3 de 44  ch, fourche inversée WP de gros diamètre (43  mm), freins à étrier 4 pistons à fixation radiale…

Un air de jouet trompeur
D’emblée, cette moto propose du beau matériel, dans un format compact lui donnant un petit air de jouet. Le phare rond et plat recourt à de multiples leds. Les caches-réservoir courant jusqu’au bout de la selle renforcent, quant à eux, le côté « prototype » de la moto. Alors que nous naviguons en ville à son guidon, passants et cyclistes, scootéristes et autres jeunes installés aux terrasses des cafés nous interpellent : « Waouh ! mais on peut l’acheter ? »

Compacte et légère
Une fois à son bord, la sensation d’être sur une petite moto s’amplifie : le réservoir de 9,5 litres est si fin qu’il laisse un vide entre les jambes ; le guidon, équipé d’une petite barre de renfort façon enduro, reste étroit ; la selle est trop courte, placée trop haut (830 mm) et de forme anguleuse peu agréable à l’entrejambe. Conséquence, les longs trajets sont proscrits ! Sa légèreté rassurera néanmoins tous les débutants. Ses 150 kg sont d’ailleurs placés assez bas et permettent d’incliner la moto ou de réaliser des demi-tours sans aucun stress. Le diamètre de braquage s’avère en outre très court. Bref, ces atouts conjugués à la finesse de l’engin font de la suédoise une moto capable de se faufiler partout. Avec ses jantes de 17 pouces à rayons non tubeless, chaussées de pneus mixtes route et terre (Pirelli Rally STR), on peut même s’initier gentiment à la conduite sur chemins secs. Une semelle en plastique a d’ailleurs été placée sous le moteur à cet effet. C’est un scrambler, après tout !

A2 « native »
Cette machine est d’abord destinée à un usage citadin et périurbain. Et sur ce terrain, elle frôle le sans-faute. Pour s’y attaquer, le monocylindre de 44 ch (qui entre naturellement dans la catégorie A2) offre une souplesse honorable en reprenant dès 3 500 tr/min. Une fois sur la route, les relances sont nerveuses passé les 5 000 tr/ min et le moteur tracte avec entrain jusqu’à 8 500 tours grâce à son couple suffisant (3,8 m. kg). La Svartpilen peut ainsi cruiser et dépasser facilement sur autoroute. Son caractère faussement canaille, sa sonorité enjouée sans être dérangeante et ses vibrations contenues constituent aussi un atout dans cette catégorie.

Un mini trail
Sur le réseau secondaire, la position de conduite buste droit façon trail permet de bien anticiper les virages. Les suspensions souples ont un débattement suffisant et travaillent assez bien, même si, dans cette gamme de prix, on n’a malheureusement aucun réglage excepté le durcissement du ressort arrière (précharge). Un poil de retenue hydraulique en sus aurait été fort bienvenu à l’avant pour mieux filtrer les cahots, ou lors des phases de freinage, car le mordant de l’étrier 4 pistons est plutôt franc et la course du levier peu progressive.

Une moto avec des rangements
Côté pratique, la Svartpilen dispose de multiples rangements, ce qui se fait plutôt rare ! On peut ainsi placer un petit U sous la selle démontable en deux parties et un porte- paquet de série pratique est fixé sur le réservoir. Enfin, avec sa capacité de 9,5 litres et une consommation située autour des 4,5 l/100 km, on peut parcourir 200 km à son guidon.

Le verdict
Vendue 6 490 €, la Svartpilen 401 avance beaucoup d’arguments pour plaire. Facile à prendre en main, vaillante côté moteur et efficace côté partie-cycle, elle privilégie néanmoins le look au confort et le fait payer au prix fort. À titre d’exemple, une KTM 390 Duke équipée d’une selle vraiment confortable et d’une instrumentation TFT connectée est vendue près de 700 € moins cher.

Fiche technique

Husqvarna Svartpilen 401 - 2018 (données constructeur)
Moteur
- Type : monocylindre à refroidissement liquide, 4T, 2 ACT, 4 soupages
- Cylindrée (al. x cse) : 373 cm3 (89 x 60 mm)
- Puissance maxi : 44 ch (32 kW) à 9 000 tr/min
- Couple maxi : 3,8 m.kg (37 N.m) à 7 000 tr/min
- Alim. /dépollution : injection/Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesses à 6 rapports
- Transmission finale par chaîne
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 320 mm (4 opp.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 230 mm (1)
- Pneu Av - Pneu Ar : 110/70/17 - 150/60/17
- Réservoir (réserve) : 9,5 litres
- Poids annoncé : 150 kg à vide
- Hauteur de sellle : 835 mm
Pratique
- Coloris : noir
- Garantie : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 6 490 €

Publicité