Le 23 octobre 2011 auront lieu, en Suisse, les élections fédérales. Pour demander « des villes piétonnes », le parti des Jeunes Vert-es s’est fendu d’une affiche qui se veut décalée : trois candidats du parti posent en tenue parfaite pour la moto, visiblement à leurs yeux symbole de la pollution. Vous avez dit caricatural et clientéliste ?

La campagne, comme celle d’autres partis politiques, est présentée sur un blog du site de la Tribune de Genève. Son auteur les décrypte, sans forcément faire preuve d’un grand esprit critique. Ainsi, détaillant les arguments des Jeunes Vert-es (« Nous voulons des villes piétonnes », « Rapprocher l’emploi et les loisirs du logement », « Mieux taxer les carburants, y compris le kérosène »), il pose une question un brin orientée : « Mais alors pourquoi se prendre en photo avec l’attirail complet du parfait motard, grand consommateur de carburant ? » C’est sûr, une moto, ça consomme au moins autant qu’une grosse berline ou un 4x4 allemand…

Caricaturons un peu aussi...

Après la question, le blogueur nous fournit sa réponse : « Message décalé qui va à contresens des valeurs écologiques mais qui interpelle et surprend et c’est le but même si ce n’est pas facile à saisir si on ne connaît pas toutes les subtilités politiciennes. » Nul besoin pourtant de connaître ces « subtilités politiciennes » pour comprendre que les jeunes écolos suisses semblent s’être trouvé un bouc émissaire (pour ne pas trop se mettre à dos les automobilistes, majoritaires ?).

Sans la prendre comme parole d’évangile, les Vert-es suisses devraient peut-être se pencher, entre autres, sur l’étude récemment publiée par la Fédération belge de l’industrie de l’automobile et du cycle (FEBIAC). Une étude qui affirme que si 10 % des automobilistes prenaient le guidon, les embouteillages seraient réduits de 40 %*.

Mais, à défaut de refléter la réalité, il faut admettre que ces candidats ont trouvé une affiche de campagne qui a le mérite d’être accrocheuse. Les motards écolos risquent en revanche de ne pas savoir pour qui voter. Pas grave, ils sont minoritaires parmi les minoritaires, de quoi négliger leur vote. Et puis l’un des buts est d’obtenir des villes piétonnes, pas envahies de fiers gros pollueurs sur deux roues...

Publicité

Commentaires (15)

Publicité