22 avril 2007, premier tour des élections présidentielles. Le deux-roues motorisé (2RM) a, semble-t-il, été intégré comme un mode de transport à part entière par les candidats. Dix, qui sont encore dans la course à la Présidentielle, ont été interrogés. Six ont renvoyé le questionnaire de la FFMC, co-rédigé avec Moto Magazine.

QCM et propositions
Les questions des motards en colère portaient sur trois thématiques principales : la prise en compte des 2RM, la politique de sécurité routière, la liberté de circuler. À chaque question, les interrogés avaient les choix de réponses suivant : « Oui absolument », « oui sans doute », « plutôt non » et enfin « absolument pas ». Certaines questions ouvertes laissaient le choix à des propositions sur la problématique donnée.

Le 2RM moins négligé ?
Chez certains candidats, des réponses surprennent. Ainsi, Ségolène Royal se positionne par exemple contre la baisse de la TVA sur les équipements de sécurité (casque, vêtements renforcés, etc.). Étonnant de la part de la candidate socialiste, à propos d’un impôt payé à la même hauteur par tous, quel que soit le revenu.
Quant à Nicolas Sarkozy, nous sommes tentés de croire à une blague lorsque, à la question sur la pertinence de la multiplication des radars automatiques, il dit estimer que ce n’est pas une solution pour résoudre les questions de sécurité routière. Gonflé de la part de celui qui, idéalisant la « tolérance zéro », a été le principal promoteur de ces machines !
Pour rester dans « l’humour », à lire Philippe de Villiers, nous avons l’impression qu’il va bientôt adhérer à la FFMC et être en tête de toutes les manifs...

Arlette Laguiller (LO), François Nihous (CPNT), Dominique Voynet (Les Verts) et François Bayrou (UDF) ne se sont pas exprimés.

Bien sûr, ce bon retour ne signifie pas que le prochain locataire de l’Élysée satisfera nos désirs. Mais constatons qu’avec les réponses précises qu’ils apportent, les présidentiables ne délaissent pas des utilisateurs de 2RM de plus en plus nombreux.

Dernière minute (30/03/07 à 16h50) :

François Bayrou nous fait savoir, par le biais de son secrétariat de campagne, qu’il regrette de ne pas avoir pu répondre à temps au questionnaire. Il nous transmettra ses réponses dans les jours qui viennent et nous les publierons.

Les réponses de François Bayrou nous sont parvenues mardi 10 avril 2007. Vous pouvez les retrouver sur la page qui leur est consacrée.

Publicité
Infos en plus
Publicité