En images

1 Chiffons humides sur le pare-brise 2 Utiliser un dégoudronnant spécial 3 Rechercher les maillons arrachés 4 Traquer les fuites dues aux joints fatigués

Ce produit peut également, parfois, gommer les traces de semelles ou de sacoches fondues sur les pots. Opérer sur un pot un peu chaud pour ramollir les taches, en se méfiant de l’inflammabilité des vapeurs…

- Éclats de peinture. Les projections de gravillons ont pu piqueter les parties basses de la bécane. Sur un cadre acier, il convient de couvrir les éclats par une discrète goutte de peinture de la même teinte appliquée au coton-tige ou de Rustol – ce dernier convenant aussi pour protéger de l’oxydation les éclats sur un cadre en alliage anodisé.
Sur les pièces de carrosserie, plutôt que de tenter une délicate retouche de peinture, il est plus facile de rattraper les éclats au polish voir MM n° 200.

Mécanique

- Poussière et sable. L’été, c’est aussi la saison des poussières. Et les nombreux kilomètres effectués en zone très poussiéreuse comptent double pour le filtre à air, dont il faut peut-être avancer le remplacement.
Nos merveilleuses routes secondaires sont riches en sable et graviers agressifs pour la chaîne de transmission. Une inspection s’impose, avec lavage au pétrole lampant et graissage. Lorgner chaque maillon à la recherche d’un joint éventuellement arraché par un éclat de gravier (photo 3).
Si la chaîne est encore bonne pour un paquet de bornes, remplacer ce maillon par une attache rivetée neuve.

- Tassements variés. Les contraintes des longs kilométrages mettent souvent en évidence les faiblesses de l’engin.
La fourche est mollassonne‑ : une fois chaude, elle talonne au freinage, n’est pas précise sur l’angle… La marque grasse sur le tube dénote l’amplitude du débattement, ainsi que parfois des fuites dues à des joints fatigués (photo 4).
Il est plus que temps de vidanger cette fourche avec joints neufs si nécessaires. Vérifier si la tige de l’amortisseur arrière n’est pas grasse. Si l’arrière danse malgré les bons réglages, l’amortisseur est certainement à reconditionner (c’est 3 à 6 fois moins cher qu’un neuf, pas forcément meilleur…).
Souvenons-nous de ce senti bizarre au levier de frein après cette longue descente de col… Pas rassurant, n’est-ce pas‑ ?
Le liquide trop vieux ne doit plus assurer son rôle, sa couleur sombre le confirme. Un remplacement s’impose. Voir MM

Effet de charge

- Cadre. En voyage, n’avoir pour tout bagage qu’une carte de crédit est bien rare. En général on roule chargé et sur des routes secondaires bosselées. Cette conjugaison contraignante pour la partie-cycle peut laisser des séquelles.
Au retour, scruter attentivement toute la partie arrière, les attaches de la boucle rapportée et la zone proche de l’attache d’amortisseur, à la recherche d’éventuelles fissures (certaines motos souffrent de ce mal en cas de surcharge).

- Trains roulants. Les roulements de roue, surtout à l’arrière, souffrent aussi du poids et des bosses. Pour les tester, secouer la roue (décollée du sol), et observer le joint en caoutchouc qui fait jonction entre la roue et son axe.
Il ne doit pas bailler dans le mouvement. En tournant la roue, il ne doit y avoir ni bruit ni vibration.

- Bagagerie et selle. Si une bagagerie rigide est utilisée, en scruter toutes les fixations, vis, haubans, vérifier les serrages mais aussi si aucune rupture n’est amorcée.
Ah ! Et le moins fun des souvenirs‑ : ce mal au cul persistant qui a presque gâché les vacances‑ ! La selle est peut-être avachie, ou en tout cas procure une position inadaptée.
Prendre une bonne décision et la porter chez le sellier. Votre vie sera transformée pour 50 à 150 euros…

Chaleur et vibrations

- Tableau de bord et carénages. Les vibrations causées par les mauvaises routes ont pu abîmer les fixations d’éléments délicats‑ : habillage, tableau de bord… À réparer avant que les chocs ne provoquent des dégâts supérieurs.

- Batterie. Vérifier le niveau de la batterie qui a certainement baissé par forte chaleur, et le compléter éventuellement (eau distillée uniquement). Cette opération ne concerne pas les batteries sans entretien « MF » à bac noir opaque.

En guise de conclusion, si sur la route des vacances, un petit dépannage ou une opération a révélé l’indigence de la trousse à outil de bord, la regarnir avec les outils et petits accessoires ad hoc qui ont brillé par leur absence…

Un périple estival bénéfique pour le pilote mais pas pour sa monture.

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité