Essai

Abandonner un moteur à refroidissement par air au profit d’une mécanique dotée d’un radiateur d’eau n’est pas une mission si évidente que cela. Car l’avantage d’un moteur « à air » est d’offrir une finesse incomparable à la machine qu’il anime. Mais les ingénieurs ont plutôt bien bossé sur ce coup-là et le petit radiateur d’eau est bien intégré sous le cadre avant.

Construite comme la Panigale, elle permet au gros 1200 cm3 de devenir l’élément central de la partie cycle. En effet, le court treillis frontal, le bâti arrière supportant la selle et le bras oscillant, viennent s’ancrer directement dessus, une technique permettant l’abandon de l’imposant cadre. Au passage, la position de conduite s’avère moins extrême, moins penchée sur l’avant. Enfin, cette nouvelle mouture laisse la part belle à l’électronique embarquée, mais heureusement modifiable à souhait.

Vive

Dès les premiers tours de roues, le pilote perçoit le changement de philosophie. Avec une balance favorable à l’allègement du train avant, cette Monster s’avère très vive sur les changements d’angles. Elle assure également une stabilité et un amortissement parfaits dans cette livrée, les suspensions étant siglées Öhlins.

Véloce et féroce

Côté moteur, cette version « S » développe 145 ch en version libre (contre 135 ch sur la version standard) et s’avère aussi véloce qu’une Kawasaki Z1000 à l’accélération, mais moins féroce qu’une KTM Super Duke développant 40 ch supplémentaires. Seul bémol, les chevaux arrivent assez haut dans les tours (aux environs de 8 700 tr/min), ce qui oblige à faire chanter la mécanique plus que de raison quand on doit dépasser une file de véhicules.

Brembo

Côté freinage, cette version s’appuie sur les étriers de frein qui équipent la Panigale (étriers Brembo monobloc à 4 pistons opposés). Si la puissance est indéniablement au rendez-vous, le mordant à la prise du levier n’est pas exceptionnel. Quant au système arrière, nos différentes machines de test (très peu kilométrées) avaient un rendu assez inégal. Certaines freinaient fort, d’autre pas du tout. À vérifier lors de nos prochains essais.

Verdict

Esthétiquement, cette nouvelle Monster S est une réussite, même si elle abandonne la compacité du précédent modèle. Côté moteur, le twin de 1200 cm3 mériterait d’être plus volontaire sous les 5 000 tr/min même s’il conserve un vrai caractère de fonctionnement. Enfin, notre version d’essai richement garnie s’échange contre un chèque 15.990 € (13.490 € pour la version standard), soit plus de 3.900 euros supplémentaires (1.490 € pour la version de base) face à l’ancienne mouture. Vache d’inflation !

Infos en plus
Publicité