On ne change pas une méthode qui gagne... beaucoup d’argent ! Après les Renault Megane, les Peugeot 208 et 308 et les Citroën Berlingo, 61 Dacia Sandero Stepway vont être équipées de radars « mobiles mobiles ».

Radar low cost ?
Lancés en mars 2013, les radars mobiles de nouvelle génération, embarqués dans des voitures banalisées, prennent maintenant place dans un cinquième modèle. La Sécurité routière vient d’annoncer leur implantation dans une Dacia Sandero Stepway. Oui, le radar s’incruste désormais jusqu’au cœur de la marque low-cost du groupe Renault.

La première du genre a été livrée le 23 juin à la gendarmerie de Nemours (77). Pas très loin de l’autoroute A6 à la sortie de la région parisienne, un axe qui sera très fréquenté lors des grands départs estivaux, qui débuteront le week-end du 4 juillet...

20 coloris différents
Les 61 Dacia viendront s’ajouter aux 254 véhicules équipés de « mobiles mobiles » déjà en activité sur le territoire français. Et attention à la couleur des voitures ! Il y en aura des rouges, mais la Sécurité routière annonce pas moins de cinq nouvelles teintes de carrosserie pour cette série, ce qui porte à 20 le nombre de couleurs différentes pour les véhicules embarquant les radars... Difficile de les apprendre par cœur avant de partir !

Un rappel utile : à moins de 100 km/h, la marge technique de appareils embarqués dans ces véhicules, qui prennent les photos sans flash, est de 10 km/h entre la vitesse mesurée et la vitesse retenue (-10 km/h), alors qu’à plus de 100 km/h elle est de 10 % (vitesse mesurée - 10 % = vitesse retenue).

L’objectif de ces radars « est de sécuriser des axes particulièrement accidentogènes où la vitesse limite n’est pas respectée », annonce le communiqué de presse de la Sécurité rentière... euh routière, désolé, ça nous a échappé ! Mais il faut dire que cette politique du véhicule banalisé, indétectable, prête à confusion quant à ses réels objectifs.

Quid de la pédagogie ?
Où est la pédagogie, quand on se fait immortaliser par un véhicule que l’on a pas vu, et que l’on reçoit l’amende à domicile par courrier-type ? « S’il s’agit d’une arme anti-chauffards, d’accord. Mais si on les utilise dans des zones piégeuses et que cela devient une arme anti-chauffeurs, c’est inacceptable », souligne Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d’automobilistes.

« Certes, c’est sur le réseau secondaire que nous constatons le plus d’accidents. Mais quelles en sont les causes ? Les investissements dans les infrastructures de sécurité se réduisent comme peau de chagrin. Un accident sur trois implique l’alcoolémie. Et pourtant, nous restons campés sur l’unique répression de la vitesse, quitte à en oublier toutes les autres véritables causes d’accidents », regrette Daniel Quéro, président de l’association.

Depuis le 1er janvier 2015, ce type de dispositif a généré 472.664 procès-verbaux pour excès de vitesse, dont 37.228 dans le seul département de Paris. Viennent ensuite les Yvelines (78) avec 36.043 avis de contravention, les Bouches-du-Rhône (29.274), le Nord (28.837), l’Essonne (25.392) et la Seine-et-Marne (24.929).

Alors, sécurité routière ou rentière ? À vous de juger, en apportant votre commentaire à cet article !

Nos confrères d’Auto Plus ont assisté à une démonstration de la première Dacia Sandero Stepway équipée d’un radar embarqué. Voici leur vidéo :


Vidéo exclusive : la Dacia Sandero Stepway... par autoplus

Dans la boutique :
- Soutenez la FFMC en portant ses couleurs (pin’s, patch, t-shirt, sweat, tickets, tour de cou…

Publicité
Publicité