Le 23 février, le tribunal de Rennes (Ille-et-Vilaine) a condamné un homme à 200 € d’amende pour la dégradation un brin singulière du radar fixe de Noyal-Châtillon-sur-Seiche, sur la RN 137 : cette cabine avait été recouverte d’excréments, rapporte Ouestfrance.fr. Mais il s’en sort bien…

Dans la nuit du 6 avril 2011, les gendarmes constatent donc que le radar a été badigeonné de selles. L’auteur du méfait est parti, mais il a laissé sur place un sac plastique encore rempli et des lingettes. Un peu plus tard, nos pandores interceptent un individu circulant à pied le long de la RN 137, une route à quatre voies. Il est fortement soupçonné d’être l’auteur des faits, mais refuse de se plier à un prélèvement salivaire d’ADN. Ce qui aurait permis de déterminer s’il était réellement le producteur des excréments…

Près de 4 ans plus tard, au tribunal, le procureur, considérant que refuser le prélèvement salivaire était un délit, a requis 50 jours-amendes à 12 €. Le prévenu a finalement été condamné à 200 € d’amende. L’addition aurait pu être plus lourde s’il avait été accusé de dégradations sur la cabine radar : il risquait 3 ans de prison et 7.500 euros d’amende.

Publicité
Publicité