Un autre objectif était dans la mire de la FFMC PPC : le commissariat du 9e arrondissement qui, avec celui du 10e, fait une chasse sans merci aux motos garées sur les trottoirs.

Mais on doit changer de cible « car il y a eu une fuite et les flics nous attendent », avertit Marie-Jo, une autre figure de la fédé parisienne. Décision est prise de se rabattre sur le commissariat du 8e arrondissement.

En route, le cortège s’arrête une nouvelle fois Bd Montmartre, à la hauteur du Musée Grévin pour créer encore de nouveaux emplacements.

Arrivé rue de Lisbonne, les militants de la FFMC ont collé sur la porte et les vitres du commissariat attenant à la Mairie du 8e, nombre de fac similés de P.V., histoire de rendre la monnaie de leur pièce aux policiers.

« Cette opération est clairement un coup de semonce à la Mairie de Paris et à la Préfecture de police pour qu’ils accordent leurs violons et qu’ils nous disent sur quel pied danser. On ne peut pas d’un côté négocier, avec les usagers des deux-roues, une charte de bonne conduite et de l’autre côté envoyer les forces de l’ordre pour accumuler des P.V. », explique Cédric, un des membres de la FFMC PPC.

Cette manifestation est un succès car elle a été décidée dans la hâte, il y a à peine quinze jours. « Il y a eu la présentation de la Charte de la circulation de deux-roues à Paris faite par la municipalité de Paris. Mais quasiment dans le même temps des enlèvements de motos bd des Capucines et des Italiens et trois jours plus tard c’était au tour de la Place de la Bourse ! », détaille Cédric.

« On a voulu, de par cette opération, se faire les porte parole des usagers qui en ont vraiment ras la casquette ! »

Publicité
Infos en plus
Publicité