- L’environnement et la lutte contre le réchauffement climatique ne sont plus les « gros mots » de notre société. Du moins c’est ce qu’on aurait pu penser, quand, dans les années 90, l’Europe voulait imposer aux constructeurs automobiles la production, en 2005, de véhicules dont le taux d’émission ne dépasserait pas les 120 g de CO2 par kilomètre.
- Seulement cette échéance n’a cessé d’être repoussée depuis.

- En 2007, la moyenne des émissions produites peinait à passer sous la barre des 160 g de CO2. Obligeant la commission européenne à proposer une nouvelle échéance aux constructeurs, la Commission de Bruxelles a donc proposé, début 2008, d’atteindre le taux de 120 g d’ici 2012. C’était sans compter, une fois de plus, sur la puissance du lobby automobile.

- En effet, la crise aidant certainement, ce dernier a obtenu de la part du Parlement européen, le 17 décembre 2008, d’atteindre le taux de 130 g en 2015. Quand on sait que le rejet de CO2 est lié directement à la consommation de carburant par le véhicule, il est loin, le Grenelle de l’environnement... Heureusement, la moto reste une bonne élève en matière de rejet de C02…

Publicité
Publicité