Et maintenant, les radars de feu rouge qui contrôlent la vitesse ! Comme l’a annoncé le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, dans le plan en faveur de la sécurité routière le 26 janvier 2015 (mesure n°12) : « les radars de feu rouge seront modernisés en leur associant systématiquement un module de contrôle de la vitesse ».

Phase de test de 3 mois
Afin de tester cette nouvelle fonctionnalité, une expérimentation est conduite sur deux radars de feux rouges à partir du mercredi 21 octobre :

- à Brunoy (Essonne) au niveau de l’intersection de la RN6 et de l’avenue de Corbeil, dans le sens Montgeron vers Quincy-sous-Sénart où la vitesse est limitée à 50 km/h ;

- à Bouscat (Gironde), au niveau de l’intersection du boulevard Pierre 1er et de l’avenue Tivoli, dans le sens boulevard Pierre 1er vers Ravezie où la vitesse est limitée à 50 km/h.

Double lame
À partir du 21 octobre, ces appareils contrôlent deux infractions : le franchissement au feu rouge et la vitesse de passage des véhicules au feu vert. Cette expérimentation est prévue pour une durée d’au minimum 3 mois. Il n’y aura aucune verbalisation au cours de cette période. Mais ensuite...

« Avec cette nouvelle fonctionnalité, nous entendons renforcer la protection des personnes vulnérables et plus particulièrement des piétons, des cyclistes et des deux-roues motorisés (2RM) dans les zones urbaines », explique la Sécurité routière. « Le franchissement au vert avec infraction à la vitesse déclenchera le même flash visible que celui du feu rouge ».

Radars multi infractions
La Sécurité routière entend donc déployer désormais des radars « multi infractions ». Entraîné dans une logique de surenchère répressive, le gouvernement utilise les progrès technologiques pour contrôler toujours plus les conducteurs à l’aide de dispositifs automatiques, exposant ces derniers à une sanction aveugle qui n’a rien de pédagogique. Une politique que les Motards en colère dénoncent en employant l’expression « sécurité rentière »...

Publicité
Publicité