Le développement des radars automatiques fixes pourrait être victime des économies que doit réaliser l’Etat français. Le projet de loi de Finances 2015, document rédigé par le gouvernement qui établit le budget de la France pour l’année prochaine, est actuellement en cours d’examen au Sénat.

Économies !
Et le mot d’ordre, c’est de réaliser des économies ! Les sénateurs vont chercher les coupes à effectuer dans les moindres détails. Par exemple, dans les crédits du compte d’affectation spéciale « Contrôle de la circulation et du stationnement routier », où figure le budget alloué à l’acquisition ou au remplacement des radars automatiques.

4.200 radars automatiques
En 2015, le gouvernement avait prévu de conserver un nombre de radars identique à 2014 : 4.200. Que les conducteurs ne se réjouissent pas trop vite, cela ne signifie pas pour autant qu’ils seront surveillés moins efficacement.

120 radars « mobiles mobiles »
Car il est tout de même prévu de remplacer les vieilles cabines fixes par des radars de nouvelle génération. Ainsi, on verrait apparaître 120 radars « mobiles mobiles » supplémentaires, portant le nombre de dispositifs embarqués dans des véhicules banalisés, les plus efficaces, à 319.

Il est également question d’augmenter le nombre de radars de chantier de 43 unités, et les radars tronçon (ou de vitesse moyenne), de 40 exemplaires. Les tours, ou radars discriminants, seraient 50 de plus, tandis que ce serait le statu quo pour les 75 radars de passage à niveau et les 712 radars de feu rouge.

Exit les « double face »
Les radars mobiles d’ancienne génération, les « hiboux » trinquent : ils seraient 130 de moins en 2015, à 538 exemplaires en activité. Quant aux dispositifs « double face » qui pourraient flasher l’avant et l’arrière d’un véhicule, leur installation n’est finalement pas budgétée en 2015. Trop cher ! Mais la Sécurité routière a désigné, fin septembre d’après Auto Plus, deux fournisseurs pour tester deux systèmes différents. Ils feraient leur apparition sur les routes françaises en 2016.

Véto du Sénat
Tout cela, c’était avant. Avant que la commission des Finances du Sénat ne mette son grain de sel dans le projet de loi de Finance 2015. Elle a annoncé, le 12 novembre, qu’elle proposait des amendements sur les crédits de ce compte.

En n’installant que 20 radars « vitesse moyenne » au lieu de 40, et 20 radars « chantiers » au lieu de 43, les crédits du programme « radars » seraient diminués de 7,35 millions d’euros.

Par ailleurs, cette commission veut réaliser une économie de 15,7 millions d’euros en supprimant l’obligation, « coûteuse et inutile » selon elle, « d’envoyer des lettres simples (17 millions de lettres en 2014) à l’occasion du retrait ou de la restitution de points sur le permis de conduire ». La commission estime que « le retrait de points est déjà indiqué sur l’avis de contravention, et les citoyens peuvent librement consulter le solde de leurs points sur Internet ou en préfecture ».

Enfin, les sénateurs proposent de diminuer de 15 millions d’euros la subvention versée à l’Agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI). « En effet, le fonds de roulement de l’ANTAI dépasse très largement son niveau prudentiel », expliquent-ils.

En résumé, quand la commission des finances du Sénat cherche à faire des économies sur le budget de l’Etat elle s’attaque à sa politique de sécurité « rentière ». Qui a dit que l’assemblée du Sénat était de trop ?

Débat au Sénat le 28 novembre

Les crédits concernant le contrôle de la circulation et du stationnement routier seront examinés au Sénat, en séance publique, le 28 novembre prochain. Si à l’issue, la chambre a apporté des modifications au projet, ce qui devrait être le cas, sept sénateurs et sept députés se réuniront en commission mixte paritaire pour élaborer un texte commun, qui sera soumis à chacune des deux chambres.

Si la commission mixte ne parvient pas à un accord, le texte sera examiné successivement par chacune des deux chambres parlementaires et le gouvernement pourra donner le dernier mot à l’Assemblée nationale. Les coupes budgétaires dans le budget de la sécurité « rentière » ne sont donc pas encore définitives. Restez connecté sur Motomag.com, nous vous tiendrons informés !

FFMC for ever
Sweat-shirt, T-shirt, autocollant, pin’s… soutenez la FFMC en portant ses couleurs

Publicité
Publicité