En images

Contrôle technique : le courrier officiel de réponse de Honda

Dans l’éventualité de la confirmation de ce décret, un réseau de contrôle technique serait constitué et il ne nous paraît pas anormal que des professionnels du deux-roues puissent y être associés.

Le rôle de Honda France est d’informer ses concessionnaires des possibles évolutions de la législation qui encadre notre industrie. C’est dans ce contexte que cette circulaire interne a été rédigée.

Les concessionnaires moto sont des acteurs majeurs sur le marché. À ce titre nous les invitons à comprendre les enjeux et étudier, s’ils le souhaitent, les modalités de mise en place. Hors contexte, nous comprenons que certaines formulations à caractère commercial dans cette circulaire interne puissent interpeller.

Nous regrettons que cette circulaire ait été publiée et commentée sans interroger Honda France au préalable. Nous le réitérons : Honda France n’a jamais pris position ou œuvré en faveur de la mise en application du contrôle technique.

Nous sommes particulièrement touchés par certaines réactions que nous regrettons sincèrement. »

Christophe Decultot, General Manager Honda France

L’avis de Moto Magazine

Honda qualifie ici notre interprétation de trompeuse. Pour nous elle est seulement… différente. D’une part, la circulaire ne se limite pas à « l’éventuelle mise en place du contrôle technique pour les cyclomoteurs », elle évoque clairement en fin de texte le contrôle technique moto.

Par ailleurs, la note interne que Honda qualifie « d’information » nous apparaît plutôt comme un véritable mode d’emploi pour l’installation d’une unité de contrôle.

Enfin, nous avons supprimé en tête du texte la notion de « droit de réponse » (conservée sur d’autres sites), notion rigoureusement encadrée sur le plan légal. Cette réponse est en effet le retour d’une invitation à réagir de notre part au constructeur.

Publicité
Publicité