En images

Répondant à l’appel de la Fédération française des motards en colère des Pyrénées-Orientales (FFMC 66), épaulée par la FFMC 11 et l’association 40 Millions d’automobilistes, près de 500 motards et une vingtaine d’automobilistes se sont mobilisés à Perpignan contre la baisse de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes du réseau secondaire.

Interpeller les élus
Contrairement à d’autres mobilisations d’antennes FFMC qui visaient les préfectures, les militants de la FFMC 66 ont choisi d’interpeller leurs élus locaux.

Opérations de blocages
Partis du Palais des Expositions de Perpignan, les manifestants se sont dirigés vers le rond-point de la sortie du péage « Perpignan Sud » et du Grand Marché International de Saint-Charles. Sur place, les motards ont organisé des opérations de blocages.
Le cortège s’est ensuite dirigé dans le centre-ville. Des arrêts ont été effectués devant les permanences parlementaires de quatre députés - Louis Aliot, Francois Calvet, Sebastien Cazenove, Laurence Gayte - et de deux sénateurs - Romain Grau, Jean Sol.

Dénoncer la sécurité rentière
« Nous avons déposé un dossier dénonçant le ras-le-bol des motards sur la sécurité "rentière" et non routière », explique Henri Chappert, coordinateur de la FFMC 66. « Nous avons remis notre manifeste pour une vraie sécurité routière, celle qui privilégie la formation à la répression et l’amélioration des infrastructures à l’implantation de nouveaux radars. Dans la semaine, nous prendrons contact avec ces élus pour les rencontrer et leur expliquer notre vision de la politique de sécurité routière ».

À suivre !

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité