Paris : Manif sous le signe du feu

JPEG - 26.5 ko
Le sosie de De Robien tente d’expliquer le bien fondé de sa mesure, qui se traduit par...une augmentation de la ponction fiscale !

Partis de l’esplanade du Château de Vincennes, le cortège a rallié la place de la Bastille. Là, le sosie de De Robien tentait de justifier le bien fondé de sa mesure à son interlocuteur motard. Hélas, sa démonstration tourne court et il ne réussit qu’à prouver que cette mesure va se traduire par une augmentation des taxes destinées à... renflouer les caisses de l’Etat !!

Face à cette supercherie, les militants traînent le mannequin de De Robien un peu plus loin et y mettent le feu !

JPEG - 28.7 ko
Place de l’Etoile, les lettres de feu « Non aux feux » ont marqué le refus net des motards de l’allumage des feux pour tous.

Le cortège a ensuite marqué une deuxième halte sur la Place de l’Etoile pour faire la jonction avec les 2000 motards venus du Nord et de la Somme. Là encore, une banderole « Non aux feux » a été enflammée sous les vivats de la foule.

JPEG - 33.2 ko
En fin d’après-midi, les motards ont porté symboliquement le cercueil de l’expérimentation De Robien sous la Tour Eiffel, avant d’y mettre le feu.

Enfin, la dernière étape a conduit l’imposant cortège au pont d’Iena, en face du Trocadero, où les militants ont déposé le cercueil de la mesure De Robien sous la Tour Eiffel, avant d’y mettre le feu !

« Cette manifestation est un franc succès, puisque les artisans taxis, les piétons et les cyclistes se sont montrés solidaires avec les motards un peu partout en France », résumait Fred Broziazck, du bureau national de la FFMC.

« Désormais nous attendons que le gouvernement annule cette mesure criminelle qui porte atteinte à tous les usagers les plus fragiles de la route. » Enfin, cette mesure rencontre peu de succès puisqu’« elle n’est plus appliquée que par 8.24% des automobilistes au mois de mars et en moyenne par 14% des automobilistes depuis octobre », a martélé le porte parole des motards en colère.

Regardez les vidéos de Paris. (voir en bas de page)

Poitiers (86) : Cortège impressionnant

Poitiers, place d'Armes {JPEG}

Venus des 4 coins de la région (Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vienne) à l’appel des FFMC 16, 17, 79 et 86, 1200 motards se sont retrouvés au parc des Expositions à Poitiers. L’impressionnant cortège a traversé une partie de la ville avant de s’arrêter place de l’Hôtel de Ville, (photo) paralysant le centre ville de la préfecture de la Vienne, département du premier ministre J-P. Raffarin.

Au programme : distributions de tracts, signatures de pétitions et communication avec les médias. Ces actions se sont poursuivies dans un 2ème temps au péage de l’autoroute A10 à Poitiers-Sud. De la bouche même d’un policier, « c’est la plus belle manif’ de motards qu’il y ait jamais eu à Poitiers ! »

Thierry Dupuis, correspondant 16.

Photos : Jean-Marc Jucker, correspondant 17.

Le Mans (72) : belle mobilisation des Sarthois

Le Mans, cortège {JPEG}

1000 motards sont descendus dans les rues de la ville du Mans à l’appel de la FFMC 72. C’est un joli succès pour l’antenne Sarthoise des motards en colère.

Le cortège, parti d’Antarès vers 14h, a rejoint le rond point de l’A28 au niveau de la zone commerciale nord en passant par la rocade est. La manifestation s’est clôturée par un sit-in à la préfecture sans qu’aucun incident ne soit relevé et l’ambiance s’est montrée plutôt bon enfant. Les responsables de la manifestation ont été reçus par Romain Royer, directeur de cabinet à la préfecture.

Une pause a été marquée à Coulaines, proche banlieue du Mans, pour protester aussi contre les ailerons de requin en acier installés sur un rond point par la municipalité et estimés dangereux pour les usagers des deux roues. La FFMC réclame qu’ils soient changés par des éléments en caoutchouc.

Pascal Corbin, correspondant 72.

Coordonnées de la FFMC 72

Clermont-Fd (63) : 300 motards malgré la neige

Clermont, l'Auvergne en révolte ! {JPEG}

Les environs de Clermont étaient impraticables au lever du jour, et les monts environnants couverts de neige. Cela n’a pas dissuadé des motards de l’Allier et du Cantal de faire le déplacement.

Les manifestants ont fait le tour de la ville, bloquant à tour de rôle les carrefours des voies pénétrantes et distribuant des tracts pour expliquer les raisons de l’opposition des motards aux feux de jours. La manifestation s’est ensuite rendue à la Préfecture, pour une photo de groupe sur les marches du perron.

Gauthier Chapat, correspondant 63.

FFMC 63

Dijon (21) : Plus de 400 motos dans les rues

Dijon, la moutarde monte au nez {JPEG}

Les motards de la FFMC 21, 25 et 39 se sont donné rendez-vous à Dijon, en durcissant pour la première fois le mouvement pour la manifestation nationale.

L’appel de la fédération de Dijon a été très suivi, puisque c’est près de 650 motards qui ont répondu présents. Le cortège a suivi un itinéraire parcourant le centre ville. Lors du premier arrêt, les motards ont laissé leurs motos pour aller déposer en cortège un cercueil devant la préfecture. Sur place, il a été brûlé au milieu des fumigènes (photo). Après 30 mn, le cortège est reparti, non sans marquer un nouvel arrêt dans la rue la plus fréquentée de Dijon, avec beaucoup de bruit, de fumigènes et quelques gros pétards.

Christian Duval, correspondant 21.

Roanne ( 42) : Barrage filtrant

Roanne, dans la Loire {JPEG}

Malgré la météo hivernale dans la région, où il est tombé 10 cm de neige le matin à Saint Etienne, une centaine de motards avait répondu à l’appel de la FFMC 42 pour la manifestation organisée à Roanne ce Samedi 9 Avril. Parti de la place de la Loire, le cortège des manifestants a traversé la ville en direction du rond-point nord de la RN7. Un barrage filtrant y a été organisé pendant 15 mn afin d’informer les automobilistes à l’aide d’une distribution de tracts et des pétitions (photo).

A 17h, le cortège a rejoint l’hôtel de ville où la dispersion a eu lieu. A l’heure du bilan, plus de trois cents signatures à la pétition contre les feux de jour ont été recueillies, s’ajoutant à celles déjà nombreuses collectées sur la région.

Bernard Lavandier, correspondant 42.

Sens (89) : 200 motards sur l’A 19

Sens, sans feu {JPEG}

Après s’être rendus au péage de St Denis-les-Sens, sur l’A 19, les 200 motards présents sont repartis sur Sens. Ils ont marqué plusieurs arrêts, pour dénoncer la dangerosité des infrastructures et la priorité donnée à l’installation des radars automatiques.

Ensuite, il se sont rendus à la Sous Préfecture (photo) où ils ont remis une lettre de doléances, à laquelle étaient jointes les conclusions du rapport M.A.I.D.S.

Fred Roy

Agen (47) : 150 motards dans les rues

Agen, plein phare {JPEG}

150 motos se sont retrouvées sur la place du Gravier, en début d’après midi, le samedi 9 avril à Agen à l’appel de la FFMC du Lot et Garonne. Une fois de plus les motards ne sont pas passé inaperçus dans les rues de la ville avec leur « sono-plateau » (photo).

Durant deux heures, les manifestants ont distribué des tracts expliquant leurs revendications auprès des usagers de la route.
A 16h, le cortège a accompagné une délégation à la Préfecture, qui a été reçue par madame Dilhac, secrétaire générale en lieu et place du Préfet.

Cette délégation représentait la Mutuelle des motards, la Fédération des Landes, du Tarn-et-Garonne et du Lot-et-Garonne. Comme on pouvait s’y attendre les réponses de la fonctionnaire ont été évasives « la logique ministérielle cherche à diminuer l’accidentologie... L’expérience est récente et nous n’avons pas encore les résultats, je ne peux rien vous apprendre... »

Florence Gillette, correspondante 47.

FFMC 47

Bordeaux (33) : Délégation reçue dans un « bocal »

Bordeaux voit rouge {JPEG}

Environ 800 motards et motardes de Gironde (33) et des Landes (40) ont défilé, samedi 9 avril, sereins et persévérants dans une ville de Bordeaux balayée par une brise nordique.

Des centaines de tracts ont été distribués à cette occasion et 2 500 nouvelles signatures de pétitions ont été recueillies.

Une délégation des FFMC 33 et 40, composée de 2 motardes et 3 motards, a été longuement reçue à la préfecture dans une salle aux murs de verre baptisée "le bocal".
Curieusement, c’est un stagiaire qui a reçu la délégation au nom du Préfet !!! Stoïque et toujours pédagogue, la délégation s’est attachée à éduquer ce jeune stagiaire de l’ENA, fort ignorant du sujet, mais tellement appliqué à noter tout ce qu’elle pouvait lui apprendre.

Alain Borie avec la collaboration de Nicolas Leclair.

FFMC 33

Chargement du lecteur...

Départ de Vincennes

Publicité
Publicité