Le mardi 23 mai 2017, des militants de l’antenne vauclusienne de la Fédération française des motards en colère (FFMC 84) ont organisé un « test de mobilité » à Avignon (Vaucluse).
L’objectif était de faire parcourir un trajet quotidien type à différents modes de transport, afin de déterminer celui qui serait le plus avantageux. Les contributeurs étaient :
- à moto,
- à vélo,
- en voiture,
- en transport en commun.

L’opération était menée en partenariat avec la Fédération européenne des associations de motards (FEMA), et réalisée conjointement dans des dizaines de villes à travers l’Europe.

9 km pour en débattre
À Avignon, ville moyenne au sud de la France, le rendez-vous était donné à l’Agroparc, zone d’activité et résidentielle bien desservie. Les participants ont rejoint la mairie, au centre-ville situé 9 km plus loin. À l’arrivée, un chronométreur attendait les participants.

La moto arrive en tête
- Sans surprise, c’est le motard qui est arrivé en premier, après un temps de parcours de 17 minutes et un coût de 54 centimes d’euro.
- L’automobiliste a mis 30 minutes, auxquelles s’ajoutent 10 minutes de plus pour rejoindre un stationnement, avec une dépense de 1 euro pour l’essence et de 2 euros pour le parking.
- Le cycliste a mis à profit le réseau croissant de belles pistes cyclables pour mettre 31 minutes.
- L’usager en bus a eu besoin de 45 minutes pour arriver, avec une dépense de 1,40 euros pour le ticket de transport.

Trafic fluide
Cette journée du mardi 23 mai, choisie au hasard mais hors vacances scolaires ou événements spéciaux, a donné lieu à des conditions de circulation exceptionnellement fluides, à l’exception du centre-ville d’Avignon.
Un jour où la congestion est plus forte, ce qui est souvent le cas, il est probable que les temps de trajet auraient été supérieurs, surtout celui de la voiture.

Le 2-roues motorisé, une solution !
Le deux-roues motorisé s’impose donc comme un excellent moyen de circulation en ville, notamment pour palier aux problèmes d’embouteillage. Il combine efficacité, facilité de stationnement et coût d’utilisation réduit.
Le vélo s’avère également un très bon outil, à condition d’avoir une bonne condition physique et qu’il n’y ait pas trop d’objets à transporter.

Publicité
Publicité