En images

Le 8 avril, plus de cent militants de la Fédération française des motards en colère d’Indre-et-Loire (FFMC 37) ont manifesté à travers la communauté urbaine de Tours, et ses alentours, dans le but de signaler à la peinture les points noirs routiers, qui y sont légion.

Nids-de-poule
« On dénombre des terre-pleins mal ou pas signalés qui, la nuit, peuvent devenir dangereux, explique Olivier Lecomte, coordinateur de la FFMC 37. Il y a beaucoup trop de nids-de-poule et des rainurages dans la chaussée là où le bitume est abîmé ». Des petits défauts qui deviennent de véritables pièges pour des conducteurs qui tiennent en équilibre sur deux roues, et n’ont pas de carrosserie susceptible de rattraper le moindre écart.

Deux décès entre mars et avril
Les motards en colère tourangeaux sont également vent debout contre des ralentisseurs dont ni l’installation, ni la conception, ne respectent les conventions en vigueur. « Le plateau du ralentisseur ne doit pas mesurer plus de dix centimètres de hauteur », poursuit Olivier Lecomte. Un courrier a été adressé en ce sens à la préfecture d’Indre-et-Loire. Sans réponse… « On nous renvoit toujours à la vitesse comme cause des accidents mais il n’y a pas que ça ! Pour nous, quand ça tape, ça fait mal. »

Les 29 mars et 2 avril, deux motards ont perdu la vie sur les routes d’Indre-et-Loire. Les motards ont rendu hommage à l’un d’eux, dont l’accident est survenu sur un carrefour de la route départementale 952 à Nazelles-Négron. Un automobiliste s’est engagé sur la route, affirmant ne pas avoir vu le motocycliste à cause d’un éblouissement et de vitres embuées. La voiture a percuté la moto. Pour que ce drame serve de leçon, les militants de la FFMC 37 demandent que l’embranchement soit aménagé autrement.

Actions coup de poing
« Nous allons reprendre nos actions coups de poing, on va essayer de faire réagir les gens qui ont le pouvoir, conclut Olivier. On aimerait travailler avec eux, être consulté davantage sur les équipements ». Mais aussi peser pour que les services des collectivités locales, comme la toute nouvelle communauté urbaine de Tours, s’occupe correctement de l’entretien des chaussées. Affaire à suivre…

Publicité

Commentaire (0)

Publicité