« Pas de course, pas de chronomètre, pas de classement, juste l’éclate… » c’est ainsi que l’on pourrait résumer le Classic Machines. Un rendez-vous convivial, où l’on vient en famille regarder sur la piste, dans les stands et le paddock d’innombrables anciennes reines du bitume, des années 1940 à 1991.

Sous l’eau
Organisé par le Spad Moto Club, également à l’initiative des Iron Bikers, l’événement a regroupé 280 motos dont une vingtaine de side-cars.
Seule ombre au tableau de cette deuxième édition, une météo bien pluvieuse qui a un peu gâché la fête et certainement découragé un bon nombre d’amateurs de venir profiter du spectacle. Entre 600 et 800 entrées payantes ont été comptabilisées.

Relativiser
« Nous avons fait beaucoup moins qu’un week-end où nous aurions eu le soleil, se rassure Nicolas Sonina. Mais au regard de tout ce que les gens ont pris sur la figure ces dernières semaines, avec les nombreuses inondations où certains ont tout perdu, il faut relativiser. Nous ce n’est qu’un risque financier, pour de la moto loisir. L’important c’est que les mecs qui sont venus se sont éclatés ».

Reportage : découvrez les Classic Machines 2016 en vidéo, avec notre spécialiste des vieilles brèles, Marc Bertrand

Sur la piste
Durant tout le week-end, les séries, constituées en fonction du type de machines et de l’année, se sont enchainées presque au pas de course, l’une chassant l’autre, mauvaise météo oblige. Le seul leitmotiv pour les près de 300 participants, se faire plaisir, seul ou entre potes. Rappelons que même si ça « roule fort », il n’est pas question de taper un chrono ou viser un classement, ce ne sont pas des courses, mais des démonstrations.

Club en force
Côté animations, comme lors de la première édition, nombreux clubs de motos classiques et préparées avaient fait le déplacement. Notamment étaient présent le XT Club Francilien qui fêtait cette année les 40 ans de la mythique 500 XT, ou bien encore le Club 11R GSXR, qui est venu présenter une dizaine de machines. Pour les 90 ans de la marque, Ducati était aussi bien représentée avec une grosse expo montée par le Ducati Performance Club, avec la présence du Ducati Club de France et de nombreux clubs de Ducati liés à des modèles d’italiennes.

Pour tous les goûts
Mais il y en avait pour tous les gouts, avec un gros contingent de BMW racers et café racers, sans oublier anglaises et américaines venues également en nombre.

Un énorme stand monté par Yamaha Motor France et le concessionnaire Yamaha Patrick Pons, le XT Club Francilien, le SR Club et le SRX Club a accueilli une superbe expo de gromonos Yamaha. Tous les possesseurs de ce type de machines, quelle que soit l’année, étaient invités à y exposer leur moto.

Anniversaire oblige, les gromonos Yamaha et les propriétaires de motos Ducati, 56 au total sous l’œil expert de Nicolas Sonina, étaient invités à prendre part à la parade, lors de la pause de midi.

Au bon accueil
Côté accueil, la FFMC Paris-Petite Couronne s’est chargée de la consigne de casques, du parking auto et moto, le tout gratuitement.

La restauration était assurée par le Chelsy Diner : une énorme semi-remorque toute équipée, capable de nourrir des centaines de personnes avec burgers, rôtisserie, sandwichs, salades, boissons, glaces, dans une ambiance vintage... Sans oublier l’apéro géant du samedi soir pour tous les participants. De quoi faire fi des gouttes !

Pour plus de photos : Frico Racing

Dom a pris cher !
JPEG - 199.9 ko
Dominique Wills, le chef de la pub’ de Moto Magazine, termine avec sa Yamaha 125 RDX premier pilote dans la catégorie Anciennes sur la totalité du rallye des Ardennes 2016. Au Classic Machines 2016 sur le circuit Carole, il a violemment percuté un concurrent et malheureusement ni lui ni la machine ne pourront terminer le championnat de France des rallyes.

Le chef de pub’ de Moto Magazine, Dominique Wils, n’a pu s’empêcher de faire tourner sa 125 RDX sur le circuit Carole, lors des Classic Machines. Et mal lui en a pris… Lors d’une des dernières sessions sur piste le samedi, il a percuté la machine d’un autre amateur qui chutait sous ses roues. Le bilan est lourd : multiples fractures aux jambes, et un paquet de semaines dans le plâtre… Et ne pourra hélas pas terminer le championnat de France 2016 de rallyes routiers, sur lequel il s’était inscrit en catégorie Ancienne avec sa vaillante Yamaha. Allez courage Dom, remet-toi vite !

Dans la Boutique Motomag.com

- A commander, le Moto Magazine spécial « Motos Classiques des années 60 à 90 »

Publicité

Commentaire (0)

Publicité