Grande nouvelle au niveau des instances européennes : on s’est enfin rendu compte que des motos et des scooters (véhicules que l’on désigne sous l’expression générique deux-roues motorisés) circulaient sur les routes du Vieux Continent ! Il en aura fallu, des actions de sensibilisation de la part des militants de la Fédération européenne des associations de motards (Fema) et des professionnels de l’Association des constructeurs et importateurs de moto (Acem), pour en arriver là…

Une solution, pas une pollution !
La Fema vient d’annoncer que le Parlement Européen avait adopté, le 10 septembre 2015, le « Rapport sur la mise en œuvre du Livre blanc de 2011 sur les transports : bilan et perspectives de la mobilité durable » signé du député européen (et motocycliste) Wim van de Camp ; dans ce document, les motos et scooters sont présentés comme une solution pour résoudre les problèmes de congestion et de stationnement dans les villes européennes, et même pour la logistique de proximité.

Le rapport indique que les avantages spécifiques à ces véhicules devraient être pris en compte dans la législation et les lignes directrices sur les transports de l’UE. Ce qui n’était pas gagné jusqu’à présent…

Recommandations
L’intérêt de ce rapport, qui conclut une réflexion sur les transports lancée par la Commission Européenne en 2011, c’est qu’il livre des recommandations pour les années à venir. Il n’a aucun caractère législatif, mais s’impose comme la base de nombreuses réglementations sur le stationnement, la circulation, la cohabitation sur la route, la sécurité routière… tous types de véhicules compris.

Des véhicules à part entière
Il est donc essentiel que motos et scooters soient traités comme des véhicules à part entière, et non assimilés à des automobiles, autres engins domestiques à moteur, ce qui était le cas jusqu’à présent. Les motards le savent, les caractéristiques de conduite sont totalement différentes. Les eurodéputés, eux, ne l’avaient pas forcément intégré et avaient besoin qu’on leur rappelle.

Il a fallu que l’un des leurs, le Néerlandais Wim van de Camp (photo), motocycliste pratiquant sur Harley-Davidson, soit rapporteur pour que ces véhicules soient intégrés.

L’utilisation des 2RM devrait donc être encouragée et facilitée. Ce type de véhicule devra être intégré à toute réflexion sur la conception et la maintenance des routes. Le Parlement Européen appelle par ailleurs à des actions pour réduire les accidents chez les usagers de la route vulnérables, notamment les utilisateurs de véhicules à deux roues.

Première
« C’est la première fois que le Parlement Européen reconnaît l’importance des motos pour le transport », se félicite le secrétaire général de la FEMA. « Nous disons depuis longtemps que les motos font partie de la solution pour la congestion urbaine, l’environnement et les problèmes de stationnement.

Leur utilisation doit être stimulée et facilitée. Dans des villes comme Rome et Paris, il y aurait d’énormes problèmes si quelqu’un qui utilise une moto ou un scooter se mettait aux transports publics ou pire, à la voiture. Par conséquent, nous sommes très heureux de l’adoption du rapport de Wim van de Camp par le Parlement Européen, et nous espérons que la Commission Européenne prendra des mesures adéquates ».

Publicité
Publicité