JPEG - 31.8 ko
Seuls Christophe Guyot (à gauche)et William Costes étaient présents lors de la remise des prix de la FFM le 9 décembre à

C’est un vrai challenge pour Christophe, puisqu’il va aborder cette nouvelle compétition avec ses moyens propres « Nous allons commencer exactement dans les mêmes conditions que quand j’ai décidé de me lancer dans l’endurance (en 1993) ».
Pas question pour lui de demander l’aide de Yamaha Motor France « Cela ne m’est même pas venu à l’idée ». Cela tombe d’autant mieux que YMF est déjà engagé aux côtés de Martial Garcia, pour faire rouler Sébastien Gimbert en WSBK et ce pendant toute la saison 2005.

Christophe veut commencer petit « Il est impossible de débarquer en Mondial superbike et de faire des résultats la première année. Ce que je veux c’est acquérir de l’expérience en 2005, faire nos preuves pour ensuite obtenir le matériel adéquat et se battre avec les mêmes armes que les autres teams ».

En franchissant ce cap, Christophe sait qu’il place la barre haut, et qu’il n’a pas le droit à l’erreur « Entre la première épreuve de Valence et celle de Brno, nous allons avoir environ un mois pour faire évoluer notre machine et améliorer son comportement. Si à Brno, l’expérience n’est pas concluante nous n’irons pas à Misano, d’autant que je voudrais aussi être présent aux 8H de Suzuka (31 juillet). »

Car non content de préparer une machine de superbike, le patron du team parisien confirme son intention de continuer à rouler en endurance,« Nous devons tout à l’endurance et j’aime ces courses. C’est pour cela que je veux toujours accrocher une victoire au Bol d’or au palmarès du GMT, et le Mans reste quand même mon objectif numéro 1 ».

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité