Mais auparavant Christian Boudinot a été le mécano attitré de Randy de Puniet ( Equipe de France - Team Scrab de Jean Claude Besse en 2001) puis Sylvain Guintoli (Campetella en 2003). Après une petite parenthèse en championnat de France dans la filière FFM, il rejoint Jules Cluzel chez Angaïa en 2007.

Il y a un point commun à travers toute cette trajectoire : c’est l’amour que porte Christian Boudinot à la catégorie quart de litre.

Mais cela n’est pas très étonnant quand on sait que le bonhomme a fait une dizaine de saisons, en tant que pilote, en championnat d’Europe et de France en catégorie 250, et deux saisons complètes en championnat du monde 250 (1994 et 1996).

Il a eu entre les mains les 250 Fior ( de Claude FIOR), puis a piloté les fameuses 250 TZ avant d’avoir ses meilleurs résultats sur Aprilia.

Bien sûr lui aussi regrette que la catégorie 250 soit amenée à disparaître « Je sais bien que le deux temps pollue théoriquement plus. Mais c’est -on véritablement donné les moyens de rendre cette technologie moins polluante ? ».

Pour lui la catégorie 250 est « idéale pour faire de bons chronos car ces machines développent quand même pas mal de puissance. Enfin elle est utile pour confirmer le potentiel d’un pilote. C’est une catégorie très pointue."

Il suffit de regarder l’évolution de ces motos. « Désormais on travaille énormément avec un télémétriste chargé de recueillir toutes les données sur la moto : régime moteur, ouverture de la poignée de gaz, détection des détonations au niveau moteur, freinage etc... ».

Ensuite c’est l’analyse de toutes ces données entre tous les intervenants ( pilote, chef mécano, ingénieur châssis ou suspension – quand il y en a un) qui permet de faire évoluer la moto.

Les données recueillies – une quarantaine parfois – sont tellement complexes que « On analyse juste le tour le plus rapide pour savoir ce qui c’est passé sur la moto ».

Mais même si la catégorie 250 disparaitra, Christian Boudinot reste fidèle à son poste de mécano « La catégorie Moto2 fera sans doute plus de spectacle, vu que l’on espère un plus grand nombre de pilotes ».

Publicité

Commentaire (1)

Publicité