Issus du monde de la moto verte, les pare-mains ont pour fonction initiale de… protéger les mains des projections de pierres, des branches, etc. Pourtant, ce type d’accessoire se développe sur des machines qui ne mettront jamais les roues dans un chemin : supermot’, gros trail et même certains roadsters type Ducati Hypermotard. Quels sont, alors, les critères à observer avant d’en choisir ?

La fonction « déflecteur »

Faire barrière aux flux d’air évite d’exposer les gants directement aux intempéries (vent, froid, pluie). De même qu’un pare-brise freine la fuite de calories et la pénétration de l’eau (certains s’élargissent d’ailleurs au niveau des commandes), les pare-mains peuvent avoir cette fonction. En effet, tant qu’il n’existe aucune production de chaleur (ex : poignées chauffantes), lutter contre le froid consiste à le retarder ! Contre la pluie, leur fonction est plus évidente. Les projections d’eau ne viennent plus marteler directement les gants, qui sont donc moins sollicités.

La fonction « rigidificateur »

Les pare-mains permettent également de protéger les leviers en cas de chute. Ce n’est alors plus ces derniers qui touchent le sol en premier. Mais cette rigidité peut-être également utile pour « donner une forme » à des manchons en hiver, les coursiers le savent bien ! Le vent ne vient plus plaquer les manchons sur les commandes, et si ceux-ci sont trempés ils ne risquent pas de mouiller les mains par contact.

Quels pare-mains pour quel type de machine ?

Il existe différents modèles, enveloppants plus ou moins la main, présentant une extrémité ouverte ou fermée en bout de guidon, plus ou moins rigide et dont les prix s’échelonnent de 20 à 100 €. En règle générale, les modèles « ouverts » (type Honda Varadero), sont assez hauts et ne posent pas de problème de montage puisqu’ils sont fixés uniquement côté cocotte. Intéressants comme déflecteurs, leur fonction anti-casse est dépendante de l’équation souplesse du plastique/poids de la machine…

Les modèles avec fixation en bout de guidon sont généralement livrés avec un kit de montage dont la pose reste aisée. Les kits sont prévus pour des guidons classiques, aux tailles non moins standards (diamètre : 22 ou 28 mm). Une partie en U sert de support côté cintre, une partie type « cheville du bâtiment » reçoit la vis côté extrémité. Très typés tout-terrain, l’utilité recherchée est une fonction anti-casse (certains modèles intègrent des barres de renforts en alu). Ils sont plus chers et la protection contre les intempéries est très relative.

Enfin, il existe des modèles à la fois enveloppants et comprenant une fixation en bout de guidon dédiés spécifiquement aux KTM Adventure et BMW R 1200 GS. Ils représentent un bon compromis entre les deux fonctions citées précédemment.

Abonnez vous à Moto Magazine. Retrouvez chaque mois nos tests équipements en économisant sur le prix au numéro (20%) et en bénéficiant de 10 % de remise sur de nombreux produits de la boutique (+ version numérique offerte)

Publicité
Infos en plus
Publicité