L’absence de jet dans la gamme Schuberth est aujourd’hui comblée. Le Metropolitan 1 se positionne comme un heaume haut de gamme, apparemment concurrent des Arai SZ et Shoei J-Cruise avec son écran long et son pare-soleil. Mais Schuberth a surtout visé un public urbain.

Compte-tenu des excellentes prestations des modèles de la marque allemande, les attentes étaient élevées. Après 3.000 km de test, le bilan est excellent pour une utilisation en ville, et mitigé quand on circule sur route et autoroute.

À l’usage, ce casque assez léger (1.400 grammes en XL) est aussi agréable à regarder qu’à porter. Le confort est convenable, même si les mousses sont un peu fermes dans le but d’assurer un bon maintien.

L’aérateur rafraîchit bien le haut du crâne. Le maniement de l’écran est aisé, un crantage le maintenant dans la position souhaitée. Sa dépose est simple, mais il lui manque un Pinlock antibuée, hélas optionnel. Le long pare-soleil s’actionne naturellement avec les gants via un curseur situé sur le rebord gauche du casque.

Sur route, même si ce n’est pas pour ces aptitudes que cette protection a été conçue, l’écran préserve très bien les yeux et le visage des turbulences. La polyvalence serait parfaite si les bruits aérodynamiques n’étaient pas si présents. Il faudra donc recourir à l’usage des bouchons d’oreille lors de longs trajets.

Enfin, si la jugulaire à crémaillère est pratique une fois réglée, il manque un passant sur le rembourrage pour éviter à la sangle de glisser avant d’appuyer sur la peau. Un défaut surprenant à ce niveau de prix.

L’autre originalité de ce Metropolitan 1, c’est son pré-équipement audio. Micro et écouteurs sont parfaitement intégrés au casque et le son plutôt correct (voir le test du système audio).

Dans la Boutique motomag.com

  • Chaque mois la rubrique Équipements de Moto Magazine teste de nombreux produits destinés à la moto et au motard. Pour ne pas les rater abonnez-vous en ligne !

Publicité

Commentaire (0)

Publicité